Concombre espagnol disculpé, d'où vient la bactérie tueuse ?

Concombre espagnol disculpé, d'où vient la bactérie tueuse ?
Concombre espagnol disculpé, d'où vient la bactérie tueuse ?
D’après les tests bactériologiques effectués par les autorités sanitaires allemandes, les concombres espagnols tenus responsables de la contamination à la bactérie E.coli, ne seraient pas à l’origine de l’infection qui a causé la mort de 16 personnes en Europe. Les scientifiques repartent donc à zéro.
A lire aussi

Ce ne serait donc pas le concombre biologique espagnol qui serait porteur de la bactérie tueuse E.coli (Eceh), qui a provoqué la mort de 15 personnes en Allemagne et d’une femme en Suède. Les autorités sanitaires de Hambourg ont en effet communiqué les résultats de leurs analyses bactériologiques hier : si des concombres espagnols ont bien été contaminés avec des bactéries Eceh, « la bactérie retrouvée n’était pas la même que celle, très rare, de l’épidémie actuelle ». Les chercheurs soulignent en effet que le microbe identifié présente une forme rare et sévère puisqu’il s’attaque aux adultes et de façon très violente, déclenchant des diarrhées sanglantes, des problèmes rénaux, et dans 2% des cas, un décès.
Retour à la case départ pour les scientifiques qui risquent de s’arracher les cheveux pour trouver l’origine de l’infection : les victimes de la bactérie avaient toutes pour point commun d’avoir mangé des concombres, des tomates et de la salade verte, et toutes les personnes contaminées en Europe avaient séjourné en Allemagne quelques jours avant les premiers symptômes. L’idée d’une propagation par les crudités est également renforcée par le fait que 80% des victimes sont des femmes, plus grandes consommatrices de légumes crus.
Côté Espagnol c’est le soulagement, mais les producteurs fruitiers ne décolèrent pas depuis l’incrimination des autorités allemandes vendredi dernier. Celles-ci avaient, peut-être un peu rapidement, accusé des concombres bio en provenance d’Almeria et de Malaga : les producteurs andalous estiment les pertes à environ 200 millions d’euros par semaine, et 25000 emplois seraient menacés. La ministre de l’Agriculture espagnole, Rosa Aguilar, a réclamé à l’Union européenne des mesures d’urgence pour aider le secteur.
Il faudrait pour cela que la psychose soit enrayée, et que cesse le boycott européen. En commençant par l’interdiction des pancartes qui ont recouvert les marchés allemands : « Ici on ne vend pas de produits espagnols ».

(Source : Libération)

VOIR AUSSI

Bactérie tueuse : alerte au concombre espagnol
Concombre contaminé : 14 personnes sont mortes d'infection
Concombre contaminé : alerte sur la tomate et la salade
Locavore : relocaliser son assiette
« Notre poison quotidien », l'interview de Marie-Monique Robin
« Faut-il manger les animaux ? » Vous allez changer d’avis…