Comment soigne-t-on une bronchiolite ?

Comment soigne-t-on une bronchiolite ?
Comment soigne-t-on une bronchiolite ?

La gastro-entérite et la bronchiolite sont les deux pires ennemis des bébés pendant l’hiver. Les salles d’attente des pédiatres sont déjà pleines à craquer d’enfants qui toussent, alors que la saison ne fait que commencer. Comment savoir si le vôtre est atteint d’une bronchiolite ? Faut-il vous inquiéter outre mesure ? Comment traiter cette maladie ? Terrafemina fait le tour de ce virus.

À lire aussi

La bronchiolite, qu’est-ce que c’est ?

La bronchiolite, aussi impressionnante soit-elle, est une maladie qui touche énormément de bébés de moins de deux ans chaque année : environ 500 000 en France, de mi-octobre à la fin de l’hiver, avec un pic au mois de décembre. La bronchiolite n’est pas une bactérie, c’est un virus : le VRS plus précisément, ou bien virus respiratoire syncytial. Il se transmet par voie aérienne. La maladie démarre en général avec le nez qui coule et une toux sèche. Comme bébé ne sait pas encore tousser et donc expectorer, les bronches et les bronchioles vont s’encombrer. La toux devient alors grasse et le nourrisson a de plus en plus de mal à respirer. La respiration s’accompagne de sifflements plus ou moins audibles (ce que vérifiera le pédiatre avec son stéthoscope). Attention ! La bronchiolite ne s’accompagne pas toujours de fièvre, il faut donc être bien à l’écoute des autres symptômes.

Quand faut-il s’inquiéter ?

Tout d’abord, dans les cas les plus fréquents, les bronchiolites sont bénignes et ne nécessitent guère plus qu’une visite chez le pédiatre avec un traitement approprié. Mais dans certains cas, il conviendra d’hospitaliser le nourrisson, notamment s’il a moins de six mois. Dans quel cas faut-il partir aux urgences ? Tout d’abord, si l’enfant a moins de six semaines. Ensuite si la détresse respiratoire est telle que l’enfant s’épuise à respirer, et manque clairement d’oxygène. Cette détresse est visible d’abord sur le visage du bébé : s’il est pâle, si ses narines battent un peu. Ensuite, il faut observer son torse, et voir si ses cotes se relèvent et s’abaissent : c’est en effet un signe de respiration « paradoxale » donc anormale. La bronchiolite peut également entraîner des troubles de l’alimentation : si bébé vomit ou refuse son biberon plusieurs fois de suite, il faut l’hospitaliser. Enfin une forte fièvre justifie également l’hospitalisation car elle peut être un signe de surinfection. Si vous le pouvez et si la situation n’est pas trop alarmante, demandez d’abord conseil à votre pédiatre avant de vous précipiter à l’hôpital : cela vous évitera des heures d’attente, et surtout que votre petit attrape un autre virus du type gastro-entérite !

Comment guérir d’une bronchiolite ?

Puisqu’il s’agit d’un virus, les antibiotiques ne sont ni efficaces ni nécessaires, sauf en cas de surinfection. Il convient en premier lieu de bien nettoyer le nez avec du sérum physiologique jusqu’à 6-8 fois par jour. Un encombrement sévère des bronches peut également nécessiter de la kinésithérapie respiratoire. Ces séances, très impressionnantes, permettent de libérer efficacement les bronches du bébé. La kiné respiratoire est néanmoins de plus en plus critiquée en France, et très peu pratiquée à l’étranger. Dans certains cas, le pédiatre peut aussi prescrire des traitements à base de ventoline et/ou cortisone, à inhaler par « babyhaler » ou à l’aide d’un nébulisateur loué en pharmacie. N’oubliez pas non plus de créer un environnement favorable à la guérison de votre enfant : surtout pas de tabac à la maison, une température modérée dans la chambre (aérée tous les jours), et un matelas un peu relevé pour favoriser la circulation des sécrétions.
Enfin, sachez que votre enfant ne sera pas immunisé contre la bronchiolite s’il l’a attrapée une fois : de nombreux bébés rechutent pendant l’hiver. Il faudra vous rendre systématiquement chez votre pédiatre afin que ce dernier évalue l’état général de votre enfant.

VOIR AUSSI

Maladies d’hiver, choisissez vos armes
Des sirops contre la toux contre-indiqués pour les bébés
L’asthme du nourrisson