Les transsexuels s'invitent dans la campagne présidentielle

Les transsexuels s'invitent dans la campagne présidentielle
Les transsexuels s'invitent dans la campagne présidentielle
Dans cette photo : Nicolas Sarkozy
Les associations lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) interpellent les candidats à la présidentielle via le lancement de leur site « Égalité LGBT 2012 ». Ils souhaitent voir leurs revendications entendues et demandent aux candidats d'exprimer leurs positions sur les droits des LGBT.
A lire aussi
Présidentielle américaine : la campagne de Mitt Romney s'embourbe
israel
Présidentielle américaine : la campagne de Mitt Romney...


Les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels sont résolus à faire entendre leur voix dans la campagne et à mettre la question transsexuelle au cœur des débats. Pour ce faire, trois associations, l’inter LGBT, la Fédération LGBT et le CIF (Coordination InterPride France) ont lancé un site Internet sur lequel elles expriment leurs revendications. En effet, éclipsés par la question du mariage homosexuel souvent médiatisée et mise en avant par les politiques, les autres sujets au cœur des préoccupations des LGBT sont souvent occultés.

Si en novembre 2011, une proposition de loi avait été déposée par soixante-treize députés de gauche, visant à faciliter le changement de la mention du sexe dans l’état civil, les associations sont globalement déçues par le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. « Force est de constater que le bilan de Nicolas Sarkozy est quasi nul en matière d’égalité des droits pour les LGBT », soulevait l’inter LGBT dans un communiqué de presse. Les ministères de la justice et de la santé ont bien dessiné quelques pistes de travail, mais les avancées sur les droits des trans en sont aujourd’hui au point mort.

En 2010, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, avait publié un décret visant à supprimer « les troubles de l’identité de genre précoce » du périmètre des affections dites psychiatriques. Mais aujourd’hui, les personnes souhaitant changer de sexe ont toujours l’obligation de voir un psychiatre. Autre difficulté pour les transsexuels : le choix du ou des médecins qui assurera leur transition. En effet, en France on ne compte que cinq équipes hospitalières habilitées à ce type d’opérations.
Aujourd’hui, la population transgenre représente environ 0,01% de la population française. Reste qu’elle entend bien peser lors de la campagne présidentielle.

(Source : lemonde.fr)
Crédit photo : egalitelgbt2012.fr

VOIR AUSSI

Les féministes interpellent les candidats à la présidentielle
Transsexuels : une loi pour simplifier le changement de sexe
Transgenres : faut-il intégrer l’identité de genre dans l’état civil français ?
Bioéthique : le projet de loi débattu en seconde lecture par les députés
Éducation : « La théorie du genre bouleverse les stéréotypes des adultes »