Affaire du Carlton de Lille : que savait DSK ?

Affaire du Carlton de Lille : que savait DSK ?
Affaire du Carlton de Lille : que savait DSK ?
Dans cette photo : Dominique Strauss-Kahn
Dominique Strauss-Kahn a passé la nuit dans l'ancienne caserne de gendarmerie de Lille (Nord), suite à la prolongation de sa garde à vue. Il risque une mise en examen pour complicité de proxénétisme et recel d'abus de biens sociaux. Les enquêteurs doivent déterminer son degré d'implication dans l'organisation des soirées libertines.
A lire aussi


Hier matin, Dominique Strauss-Kahn est arrivé à Lille à 9 heures, dans une voiture aux vitres teintées, pour être entendu par les enquêteurs nordistes dans l’affaire dite du Carlton de Lille. Placé en garde à vue, il n’est pas ressorti hier soir et a dormi en cellule, suite à la prolongation de la garde à vue par un juge d’instruction.

DSK doit répondre de deux chefs d’inculpation : « complicité de proxénétisme aggravé en bande organisée » et « recel d’abus de biens sociaux ». Le premier chef sera retenu si les juges considèrent que l’ancien patron du FMI avait connaissance que les filles « invitées » dans ces soirées étaient des prostituées, et s’il s’impliquait dans l’organisation de celles-ci.
David Roquet et Fabrice Paszkowski, les deux chefs d’entreprise nordistes à l’origine des parties fines, ont eu beau démentir le rôle joué par DSK, celui-ci devra s’expliquer sur ses échanges de SMS avec F. Paszkowski, comme celui où il demande à son ami s’il veut « venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) ? » (juillet 2009).

Le chef de « recel d’abus de biens sociaux » devrait occuper les enquêteurs une bonne partie de la journée de mercredi. Il s’agit de déterminer si l’ex-ministre savait que ses complices de libertinage faisaient passer les soirées dans des suites à Paris, à Washington ou à Lille en notes de frais, et même explicitement estampillées « DSK » pour le patron d’une filiale d’Eiffage, D. Roquet.

Dernière étape : DSK devra passer par les bureaux de l’IGPN, la police des polices, afin de discuter du rôle du commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde, et du chef de la police du Nord, Jean-Claude Menault, dans l’affaire du Carlton. J.-C. Menault a été auditionné en octobre dernier au sujet d’un voyage à Washington au cours duquel aurait été organisée une rencontre entre Dominique Strauss-Kahn et des prostituées. Quant à J.-C. Lagarde, il a été mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d’abus de biens sociaux. Proche de tous les acteurs de l’affaire et en relation étroite avec DSK, Lagarde était l’un des organisateurs des parties fines à l’Hôtel Murano (Paris).

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Affaire du Carlton de Lille : que risque DSK ?
Affaire de prostitution au Carlton : DSK convoqué à Lille
Affaire du Carlton de Lille : DSK trahi par ses SMS
Affaire du Carlton de Lille : DSK, Roquet, Lagarde, qui est impliqué ?
Proxénétisme au Carlton de Lille : Lagarde placé en garde à vue