Amina Sboui : l'ex-Femen avoue avoir inventé "l'agression" de la Place de Clichy

Amina Sboui : l'ex-Femen avoue avoir inventé "l'agression" de la Place de Clichy
Amina Sboui : l'ex-Femen avoue avoir inventé "l'agression" de la Place de Clichy
Amina Sboui a avoué son mensonge. L'ex-Femen avait affirmé avoir été « agressée et tondue », le 6 juillet place de Clichy à Paris, par des hommes présentés comme des « salafistes ». La jeune femme de 19 ans a reconnu dans une lettre, publiée jeudi 25 septembre, par Libération avoir inventé toute cette histoire.
A lire aussi
Arrivées en finale, des hockeyeuses obligées de céder leur place à des garçons
News essentielles
Arrivées en finale, des hockeyeuses obligées de céder...


Elle avait déposé plainte au commissariat du XVIIIe arrondissement de Paris, le 7 juillet dernier, après avoir affirmé, sur Facebook, avoir été agressée et tondue à la sortie de métro, Place de Clichy, par des hommes présentés comme des « salafistes ». Amina Sboui a finalement craqué… L'ancienne membre des Femen a reconnu, dans une lettre publiée par le quotidien Libération, jeudi 25 septembre, avoir inventé ce prétendu faits divers sordide.

« Un appel au secours »

« Quand j'ai posté ce message (sur Facebook, ndlr), j'ai oublié comme une conne que j'étais Amina Sboui. Pour moi, c'était un appel au secours pour mes amis, mes proches, ce n'était pas adressé à la presse ou à la police », explique la jeune femme visiblement dans une situation de grande détresse psychologique. Et de poursuivre : « Le problème, c'est qu'il y a plein de journalistes qui me suivent, qui ont commencé à m'appeler, à écrire dessus. Je ne pouvais plus dire que c'était un mensonge ».

La presse, elle l'avait justement soutenue quand cette activiste féministe avait été emprisonnée en Tunisie pour avoir posé seins nus. Une épreuve dont elle peine visiblement à se remettre, comme elle l'écrit. « Il m'a fallu beaucoup de temps, d'épreuves, d'échanges avec mes proches pour admettre que je n'étais pas si forte et si indemne que ce que je pensais, avec tout ce que j'ai vécu ». Accueillie en France, elle dit mal vivre l'exil. « Tout en étant très entourée, j'ai fait l'expérience de la précarité et de la solitude, alors je dois préparer mon avenir ».

Poursuivie pour « dénonciation mensongère »

Déjà placée en garde à vue le 14 juillet dernier, Amina Sboui doit être prochainement jugée pour « dénonciation mensongère ». Un délit passible de six mois de prison et de 7 500 euros d'amende.

La lettre d'Amina Sboui