L'interview mum@work de Julie Chevillat, fondatrice de Coussin Germain

Julie Chevillat, fondatrice de Coussin Germain
Julie Chevillat, fondatrice de Coussin Germain
Fondatrice de l'e-shop de déco chic et cosy Coussin Germain, Julie Chevillat s'est prêté à notre questionnaire spécial mumpreneuse.
A lire aussi
L'interview mum@work de Valérie Touze, co-fondatrice d'Edoki Academy
News essentielles
L'interview mum@work de Valérie Touze, co-fondatrice...

Après avoir fait carrière dans les médias, Julie Chevillat a créé fin 2013 Coussin Germain , un e-shop de déco où l'on trouve de jolis coussins et depuis peu des bougies délicates et des affiches arty. À l'occasion du lancement du coussin Chavabien au profit de l'association Le Rire Médecin, Julie Chevillat, également maman de Romane, 4 ans, a accepté de partager ses conseils pour mieux concilier vie pro et vie familiale.

L'appli kids qui vous sauve la vie ?

Tortue Logique , qui initie au langage informatique. C'est l'une des premières appli que j'ai téléchargées quand ma fille a eu 2 ans. Je voudrais vraiment qu'elle apprenne à coder. Comme pour l'anglais, je pense qu'apprendre le langage informatique est primordial.

L'appli work qui vous rend accro ?

Sans hésiter, Instagram . Je travaille énormément dessus, c'est une appli géniale pour discuter avec les clientes de Coussin Germain, pour rencontrer des gens et nouer des collaborations. J'ai rencontré beaucoup d'artistes via Instagram : des photographes, des graphistes, des studios de design ...

Vos tips pour concilier vie pro/vie perso ?

Les courses en ligne ! Quand on a des journées bien chargées, c'est vraiment pratique. J'utilise aussi beaucoup les services de livraison de repas de qualité à domicile comme Frichti. Je fais également souvent appel au service de manucure Simone.

Comment organisez-vous vos journées ?

Dès que j'ai emmené ma fille Romane à l'école à 8h30, je commence à travailler puisque je la récupère à 18 heures le soir. Je m'accorde chaque soirée 2 heures pour passer du temps avec mon mari et ma fille, avant de me remettre au boulot, généralement de 21h30 à 23 heures. C'est quelque chose que j'aime beaucoup dans le fait d'avoir monté ma boîte : avoir la liberté d'organiser mon temps de travail comme je le souhaite.

Votre moment de déconnexion totale ?

Je déconnecte vraiment à 100% pendant les vacances. Je pars souvent en Italie, entre amis, et même si j'ai Internet à portée de main, j'essaie vraiment de me désintoxiquer du boulot.

La clé d'une vie de working mum épanouie ?

Bien séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle. Il n'y a rien de pire que d'essayer de préparer le dîner tout en répondant à un mail pro urgent. Ça donne l'impression de ne pas faire les choses à fond et de n'être à la hauteur pour aucune des deux tâches.

Le moment où vous avez failli craquer ?

Mon erreur de départ a peut-être été de croire que je pouvais tout gérer par moi-même. Je pense qu'il est nécessaire d'aller chercher des compétences ailleurs, ne pas rester en vase clos.

La personne qui vous aide à tour gérer au quotidien ?

Sans hésitation, mon mari. C'est indispensable que l'entourage proche soutienne un projet comme celui dans lequel je me suis lancée car ça demande énormément d'énergie. Il fait partie de cette nouvelle génération de papas qui s'implique énormément dans la vie des enfants, ce qui est très précieux.

L'héroïne ou le modèle qui vous inspire ?

Il y en a plein ! Spontanément, je pense à mère qui m'a toujours poussée à m'investir dans ma vie professionnelle et à faire ce que j'aimais vraiment.

Le truc que vous aimeriez dire à une jeune working mum ?

Il faut bien s'accrocher, suivre ses rêves et beaucoup travailler.