Valérie Trierweiler ne quittera pas Paris Match

Valérie Trierweiler ne quittera pas Paris Match
La Première dame de France va continuer d'exercer son métier. Il était hors de question pour Valérie Trierweiler de faire « la potiche », selon ses propres termes. Elle a donc obtenu la confirmation de son contrat à Paris Match, où elle va tenir la rubrique « Mes coups de cœur ».


C’est Renaud Revel, rédacteur en chef de l’Express, qui l’a annoncé hier : « La Première dame et (toujours) journaliste à Paris Match, Valérie Trierweiler vient de confirmer son contrat avec ce magazine ». Il précise également que la compagne de François Hollande n’écrira pas sur la politique, sa rubrique étant plus culturelle. Elle écrira donc sur ses « Coups de cœur » littéraires, mais ni rythme de parution ni nombre de pages n’ont encore été fixés. Gilles Martin-Chauffier, rédacteur en chef de Paris Match, a d’ailleurs déclaré : « Nous discuterons à l'avance de ses sujets, car, quoi qu'elle écrive, Le Grand Journal et Le Canard enchaîné en feront leurs choux gras ». Valérie Trierweiler aurait confirmé son contrat la semaine dernière lors d’un entretien au siège social du groupe, où elle est employée depuis 1989.

Toutefois, Renaud Revel soulève une interrogation par rapport à l’ex-mari de Valérie Trierweiler, lui aussi salarié de Paris Match : « Secrétaire de rédaction à Match, ce dernier ne risque-t-il pas de se retrouver dans une situation délicate et ambiguë vis-à-vis de ses confrères, quand l'hebdomadaire, propriété du groupe Lagardère, traitera de l'actualité du couple Hollande-Trierweiler ? ». Et dès jeudi, la Première dame signe dans Paris Match un article sur une biographie d’Eleanor Roosevelt, « First Lady et rebelle », l’une de ses consœurs, devenue elle aussi Première dame et journaliste.

Sarah Jumel

Source : lefigaro.fr

VOIR AUSSI

Valérie Trierweiler à la maison blanche !
Enquête sur Valérie Trierweiler : Guéant veut porter plainte
Valérie Trierweiler appelle les journalistes au respect de sa vie privée

comments powered by Disqus