Cancer du sein : les ablations mammaires en progression

Cancer du sein : les ablations mammaires en progression
Cancer du sein : les ablations mammaires en progression
Selon une étude dévoilée hier au congrès de la Société de sénologie, le nombre d'ablations du sein pour traiter un cancer est en augmentation depuis 2005. C’est chez les femmes de moins de 40 ans que cette progression est la plus significative.
A lire aussi
Elles tatouent gratuitement les survivantes d'un cancer du sein
News essentielles
Elles tatouent gratuitement les survivantes d'un cancer...


Le taux d'ablations du sein dans le cadre du traitement du cancer, appelées mastectomies totales dans le langage médical, est en augmentation depuis 2005. Seules les femmes âgées de 50 à 74 ans ne sont pas concernées par cette hausse. C’est ce que révèle une étude dévoilée hier à Marseille au Congrès de la Société de sénologie. Le nombre d’hospitalisations pour ablation du sein est en effet en progression avec 17 916 opérations en 2005 contre 18 627 en 2009. En revanche, le nombre global de séjours hospitaliers pour cancer du sein, tous genres de chirurgie et de tumeurs confondus, reste à peu près stable. Selon Stéphanie Gathion, de l’Institut national du cancer, ce nombre aurait même « tendance à diminuer » puisqu’il passe de 64 785 en 2005 à 64 000 en 2009.

Concernant le nombre d’ablations du sein, l’augmentation la plus prononcée touche les femmes de moins de 40 ans, indique Stéphanie Gathion. Il représente 36,3 % des femmes atteintes par le cancer contre 30,1% chez les femmes se trouvant dans une autre tranche d’âge. Toutefois, du côté des femmes de 50 à 74 ans, cibles principales du dépistage organisé, « on observe une certaine stabilité » de ce chiffre, passé de 24,6% en 2005 à 25,1% en 2009. Selon Mme Gathion, « on ne peut pas pour autant évoquer un lien de cause à effet avec la généralisation du programme de dépistage ». Elle regrette cependant que cette étude ne fasse pas la distinction entre les interventions initiales et les « reprises » pour rechutes ou seconds cancers.

Alexandre Roux

(Source : L’Express.fr)
Crédit photo : Comstock

VOIR AUSSI

Cancer du sein : boire de l’alcool augmente les risques de 15%
Cancer du sein : un médicament préventif porteur d’espoir
Dépistage du cancer du sein : Nora Berra lance Octobre Rose
Cancer du sein, la France piétine