Crimes contre l'humanité : Charles Taylor déclaré coupable

Crimes contre l'humanité : Charles Taylor déclaré coupable
Charles Taylor, ancien président du Liberia, a été reconnu coupable jeudi de crimes contre l'humanité et des crimes de guerre devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). L'ex-chef d'État, âgé de 64 ans, a été rendu responsable de meurtres, de viols et de traitements inhumains entre 1996 et 2002, période où il a mis en œuvre une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone afin d'exploiter ses diamants.


Charles Taylor
, ancien président du Liberia, a finalement été reconnu coupable jeudi de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre en Sierra Leone entre 1996 et 2002, devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Âgé de 64 ans il a été reconnu coupable d’avoir aidé et encouragé la commission des onze crimes reprochés par l’accusation, au cours d’une audience à Leidschendam, près de La Haye et d’avoir mis en œuvre une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone afin d'exploiter ses diamants, lors d'une guerre civile ayant fait 120 000 morts entre 1991 et 2001.

Les troupes de M. Taylor avaient combattu aux côtés des rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF), que l'ex-président dirigeait en sous-main en leur fournissant armes et munitions en échange de diamants. À ce propos, le juge Lussick a déclaré que la chambre avait estimé que le rôle de Taylor avait été « crucial pour approvisionner en armes le RUF » et qu'en plus, il avait été payé en retour en diamants. Le magistrat Samoan rappelait qu’à l’époque, « des gens ont été décapités et leur tête exposée à des points de contrôle » et que des femmes et des filles ont « été violées en public ».

Pendant que son jugement était prononcé, l'ex-président a pris de nombreuses notes sur un carnet, tandis que d’importantes forces de sécurité se déployaient à Monrovia, la capitale du Liberia, où le gouvernement a appelé la population « à prier pour la nation et la paix ». Selon le juge, la peine infligée à M. Taylor sera prononcée le 30 mai, et, d’après un porte-parole du Foreign office, il la purgera dans une prison en Grande-Bretagne.

Alexandra Gil

Avec AFP
Crédit photo : LiberianNews

VOIR AUSSI

Charles Taylor, le bourreau de la Sierra Leone attend le verdict
Une femme contre les criminels de guerre, entretien avec Céline Bardet
Libye : une femme tente de raconter son viol par les soldats de Kadhafi

Journée contre l'excision : « Personne ne connaît la symbolique de ce rituel »

Angelina Jolie réalisatrice : « elle dénonce le viol comme arme de guerre »
Serbie : Goran Hadzic sera jugé pour le massacre de Vukovar