Dangers des tatouages : les dermatologues rappellent les risques

Dangers des tatouages : les dermatologues rappellent les risques
Présence de métaux lourds toxiques, risques d'allergies... Les dermatologues rappellent dans un communiqué de leur syndicat national que les tatouages présentent des risques pour la santé. Les professionnels des maladies de peau compilent les principales règles à respecter pour les futurs tatoués et mentionnent les dangers qu'un tel acte peut provoquer sur l'épiderme.


Le Syndicat national des dermatologues-vénérologues (Sndv) publie un communiqué pour rappeler les risques liés aux tatouages qu'ils soient permanents ou temporaires. Il demande que les usagers soient très vigilants sur la procédure, qu'ils posent des questions aux professionnels avant de sauter le pas et surtout qu'ils réfléchissent bien en amont. 

Concernant les tatouages permanents, le Sndv met en garde contre les métaux toxiques contenus dans les encres, comme l'aluminium, le cobalt ou encore le fer et le mercure, qui peuvent s'avérer cancérigènes. De plus, les pigments qui composent ces encres sont à l'origine de nombreuses maladies de peau telles que l'eczéma, la sarcoïdose ou certaines dermatoses. Ils peuvent aussi provoquer des allergies. Pour les dessins temporaires, le henné est conseillé uniquement s'il n'est pas coupé avec des substances toxiques. En effet, à l'état naturel, il ne présente aucun danger pour la peau mais s'il est mélangé avec du paraphenylènediamine par exemple, il peut aussi engendrer des problèmes allergiques ou de l'eczéma.

Enfin, le Sndv rappelle qu'en cas de problèmes de peau avérés, de grains de beauté ou de tâches de rousseur en grand nombre, il est totalement déconseillé d'opter pour un tatouage sans l'aval d'un dermatologue.

VOIR AUSSI

Tattoo Art Fest : Le tatouage international s'expose à Paris
Tattly : des tatouages design et sans engagement
Cancer de la peau : Faites-vous dépister !
Crèmes éclaircissantes pour peaux noires : un dangereux culte de la blancheur

comments powered by Disqus