Une semaine pour promouvoir l’allaitement maternel

Une semaine pour promouvoir l’allaitement maternel
Aujourd’hui s’ouvre la Semaine de l’allaitement maternel, organisée par l’Alliance mondiale en faveur de l’allaitement au sein. Elle devrait être célébrée dans 120 pays membres de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui recommande l’allaitement jusqu’à 7 mois. Mais toutes les femmes se sentent-t-elles concernées ?

L’allaitement maternel « est le meilleur moyen d'apporter aux nouveau-nés les nutriments dont ils ont besoin ». Cette semaine, de nombreux messages de cette teneur devraient circuler, dans le cadre de la semaine de l’allaitement  maternel, organisée par l’Alliance mondiale en faveur de l’allaitement au sein et soutenue par l’OMS. Alors que l’alimentation au biberon dès la naissance tend à se banaliser, l’organisme de santé mondiale multiplie les messages de recommandation en faveur du lait maternel. « Le lait maternel est l'aliment idéal pour les nouveau-nés et les nourrissons. En effet, il apporte tous les nutriments nécessaires à leur développement et contient des anticorps qui les protègent de maladies courantes telles que la diarrhée et la pneumonie, les deux premières causes de mortalité de l'enfant dans le monde », peut-on lire sur le site de l’OMS. D'après l'organisme mondial, les enfants allaités ont moins de risque de souffrir d'obésité, de surpoids et de diabètes de type 2.


Deux écoles
« Allaiter jusqu’à 7 mois  , puis combiner avec une autre alimentation jusqu'à l’âge de deux ans », une préconisation de l’OMS qui sonne comme un diktat pour de nombreuses femmes, pour qui nourrir au sein représente une contrainte, notamment au moment de la reprise du travail . Des messages difficiles à entendre aussi pour celles qui n’ont pas assez de lait ou qui, simplement, préfèrent le biberon et le lait en poudre pour laisser au papa l’occasion de s’occuper de son enfant.

A l’opposé, certaines associations mettent en avant le bien-être physique mais aussi psychologique des enfants allaités. La Coordination française pour l’allaitement maternel ( Cofam)souligne par exemple dans un avant-propos du Dr André Marchalot, que « l’allaitement est un excellent moyen de «  bien traiter » nos enfants, en y associant maternage de proximité, portage et sommeil partagé. Ceci favorise un attachement sécurisé entre les enfants et leurs parents, pour procurer à nos petits une base affective stable et de qualité pour bien démarrer dans la vie et les rendre autonomes. »

Crédit photo : Photodisc

VOIR AUSSI :

Une grande tétée pour l'ouverture de la semaine de l'allaitement

Elizabeth Badinter : du don de la vie on est passé à une dette infinie

Marcel Rufo : Il n'y a pas que le biologique qui compte 

Focus sur la génération "nounou et biberon"