Pourquoi Hermione Granger a tant compté dans vos vies

Pourquoi Hermione Granger a tant compté dans vos vies
Pourquoi Hermione Granger a tant compté dans vos vies
La diffusion sur Salto du très émouvant "Retour à Poudlard" est l'occasion de se replonger dans l'univers "Harry Potter". Et de se remémorer les aventures tout aussi trépidantes de son héroine majeure : Hermione Granger. Un personnage qui a compté dans la vie de bien des lectrices.
À lire aussi

Des rires, des larmes, une bon gros shoot de nostalgie : voilà ce qui ressort du documentaire Retour à Poudlard (à voir sur Salto), réunion émouvante convoquant pour les vingt ans de Harry Potter à l'école des sorciers (le film) les figures majeures de la saga de l'apprenti sorcier. Le vrai sujet de ce come-back collégial, ce n'est pas l'univers Harry Potter, la magie, Poudlard, non, mais une chose très spéciale qui traverse à l'unisson les romans de JK Rowling : le pouvoir de l'amour et de l'amitié.

Oui, dit comme ça, ça fait très Sailor Moon, mais en vérité, c'est bien la relation unique entre les trois jeunes interprètes stars de cette série de films espacée sur dix ans qui fait sa force. Ceux et celles qui ont grandi avec ces personnages comprennent ce lien si singulier : évoluer aux côtés d'une création fictive, apprendre d'elle, passer une bonne partie de sa vie et surmonter les obstacles à ses côtés. C'est aussi ça, Harry Potter.

Et parmi ces spectateurs et spectatrices, qui sont autant de lecteurs et lectrices, nombreuses sont les voix à insister sur l'importance d'un même personnage : Hermione Granger, l'esprit le plus brillant de Poudlard. Une jeune fille, puis femme, qui a beaucoup compté dans vos vies.

Vous nous expliquez pourquoi.

Une icône d'enfance

Que dire d'Hermione Granger, personnage féminin parmi les emblématiques de la littérature jeunesse ? Dans une saga littéraire perçue comme l'initiation parfaite à la lecture (la vraie, celle qui passionne) de bien des enfants et ados, Hermione était justement le symbole d'une culture qui non seulement instruit et inspire, mais peut aussi renverser les murs. Tel Ron, on l'envisage à l'origine comme une madame-je-sais-tout, avant que les préjugés crasses associés à ce simple sobriquet soient déboulonnés au fil des péripéties.

"Hermione m'a confortée dans l'idée que j'avais complètement le droit d'épouser mon côté intello, d'aimer apprendre, d'adorer les livres - et que c'était naze de m'insulter pour ça", affirme à ce titre Juliette, smiley à l'appui. L'alter-ego idéal pour des lectrices introverties qui ont découvert cet univers - en livres ou en films - à des périodes où le savoir n'était vraiment pas le truc le plus cool du monde : le collège et le lycée.

Hermione, personnage majeur de la saga "Harry Potter"
Hermione, personnage majeur de la saga "Harry Potter"

"Dans la transition entre primaire et collège je me suis souvent retrouvée seule, j'ai subi un peu d'harcèlement à l'école, donc ce monde, et en particulier la personnalité d'Hermione, m'aidaient à m'en évader", se remémore Clémentine, 23 ans. Les livres de JK Rowling et ses avatars cinématographiques ont longtemps fait office de bouées de sauvetage dans la vie d'enfants ignorés, rabaissés et humiliés. Rares sont les lettres à l'autrice ou aux acteurs à ne pas contenir ces mots : "Harry Potter m'a sauvé la vie".

"J'étais une jeune fille qui jouait beaucoup toute seule dans ma chambre. Je me construisais une sorte de monde imaginaire. Le monde des sorciers a fusionné avec mon univers. Quand je jouais, j'étais Hermione, évidemment. Je voulais être brillante comme elle !", poursuit notre interlocutrice.

Clémentine ne fut pas la seule à s'identifier. Emma, 29 ans, nous l'affirme à l'unisson : "Hermione m'a toujours fasciné puisque je trouvais qu'elle me ressemblait : j'ai toujours été bonne élève à l'école et cela n'était pas très bien vu de la part de mes camarades. Pourtant, Hermione a prouvé que les connaissances pouvaient être très utiles".

"Elle a inspiré toute une génération"

Voilà donc ce qu'est Hermione Granger : un puits de science, une "nerd-bonne élève badass, qui a rendu les vieux livres cool et qui a inspiré toute une génération", comme le synthétise Juliette. Mais pas seulement. Ses interventions concilient toujours savoir et action. Dès le début, elle semble en avance sur ses consoeurs et compères. Un peu comme la Matilda surdouée au coeur de l'ouvrage éponyme de Roald Dahl.

Brillante, grande lectrice, fille courageuse : Hermione Granger.
Brillante, grande lectrice, fille courageuse : Hermione Granger.

"Hermione est très mature par rapport à son âge et aux autres personnages, surtout masculins. Dans Le Prisonnier d'Azkaban par exemple, son usage du retourneur du temps la positionne vraiment au centre de l'action. J'aime le fait que sans elle, personne n'avance, elle fait progresser tout le monde dans la bonne direction, toujours ultra-pertinente", décrypte Justine. La jeune femme de 29 ans envisage en "mademoiselle Granger" le personnage auquel elle a vraiment pu s'identifier enfant et ado : "une révélation".

"Si les choses étaient à refaire, j'aimerais beaucoup qu'elle soit le personnage principal", nous assure-t-elle d'ailleurs. Normal, l'instigatrice de l'Armée de Dumbledore a l'étoffe d'une héroïne. Pourquoi ? Car elle cultive sa force malgré ses craintes, ses failles, mais aussi les préjugés et insultes visant ses origines. Elle n'est pas moins vulnérable qu'Harry et Ron : c'est leur union qui fait leur force. Une alliance qui importe aux yeux des lectrices.

"Hermione n'a pas une ribambelle de potes, mais quelques vrais amis. Elle est le premier perso féminin que j'ai croisé qui aide le héros, n'est pas juste une quête sur son chemin, mais une camarade de route. Et puis elle est courageuse, intelligente, sait rester égale à elle-même, ne se laisse pas définir par le regard des autres, n'a rien d'une princesse qui attend patiemment dans sa tour. Au fond, je pense que toutes les lectrices de la saga ont en elles une petite part d'Hermione Granger", nous confie Clémentine.

Hermione Granger, véritable role model ?
Hermione Granger, véritable role model ?

Un role model pour les générations futures ?

Nulle doute qu'au fil des années, nombreuses furent les filles à vouloir devenir Hermione Granger, comme si le personnage était une profession à part entière. Mais comment expliquer ce caractère indémodable ? L'une des raisons est à chercher du côté de la perduration de l'univers Harry Potter (au théâtre, au cinéma) et surtout, de la préservation d'une certaine philosophie grangerienne. Sa plus noble gardienne ? Emma Watson bien sûr.

"Au fur et à mesure j'ai fait basculer ma fascination pour Hermione vers une admiration pour Emma Watson. Une jeune actrice qui a fait de grande études, porte de belles valeurs dans lesquelles je me retrouve, est très engagée sur les questions du féminisme, de l'écologie. C'est comme un prolongement de son personnage", nous explique à ce titre Justine. "Elle a grandi comme nous, simple adolescente. Son interprétation paraît si sincère", abonde Emma à propos de la comédienne dont elle porte le prénom.

Dans Retour à Poudlard, Emma Watson le répète comme un slogan : Hermione, c'est elle. Un personnage qui a impliqué un tel engagement émotionnel qu'elle a même failli tout stopper avant le tournage de La coupe de feu, en plein burn-out. On reconnaît dans ses initiatives littéraires et ses prises de position sororales l'héritage du rôle de sa vie.

Si les lectrices se plongent encore autant dans Harry Potter ("Ma filleule qui a 10 ans est fan depuis ses 6 ans, c'est dingue", s'amuse Justine) c'est aussi car aux côtés de l'étudiante cohabite une myriade de personnages tout aussi inspirants, comme Ginny Weasley, la lunaire Luna Lovegood, ou encore "la professeure McGonagall, une femme ferme, puissante et froide, une figure d'autorité qui est en fait une personne avec beaucoup de bonté, d'humour, tendre et maternelle", tient à rappeler Juliette avec nostalgie.

C'est aussi pour cela qu'on aime tant revenir à Poudlard.