Home
La contraception, une affaire de couple pour 9 Français sur 10
Publié le 24 septembre 2012 à 11:04
Par Marion Roucheux
La contraception n'est plus uniquement une affaire de femmes. Un sondage exclusif CSA pour Terrafemina indique ainsi que 91% des Français estiment qu'elle doit désormais être l'affaire de tous. Question de confiance et de partage, hommes et femmes se disent prêts à répartir la responsabilité de la contraception au sein du couple et sont sur la même longueur d'onde face à la possibilité d'une pilule masculine : 61% des Français se disent prêts à l'adopter.
La contraception, une affaire de couple pour 9 Français sur 10 La contraception, une affaire de couple pour 9 Français sur 10© iStockphoto
La suite après la publicité


Penser à prendre sa pilule à heure fixe, régler l’alarme de son téléphone portable pour ne pas l’oublier, organiser tous les trois mois un rendez-vous chez le gynécologue afin de faire renouveler son ordonnance : autant de rituels auxquels bon gré mal gré les femmes se sont habituées et qui rythment désormais leur vie intime. Jusqu’à aujourd’hui, mis à part l’utilisation des préservatifs ou la possibilité de rappeler à leur compagne de prendre leur pilule à heure régulière, les hommes ont peu de moyens de s’investir dans la contraception de leur couple. Cependant, selon un sondage exclusif CSA pour Terrafemina, les mœurs ont évolué et il semble que ces messieurs soient prêts à considérer la contraception comme une question qui les concerne autant que leur partenaire. Ainsi, si 7% des Français estiment aujourd’hui que la contraception doit être « avant tout l’affaire de la femme », ils sont 91% à considérer à l’inverse que celle-ci doit être « autant l’affaire de l’homme que de la femme ». Une quasi-unanimité qui en dit long sur l’évolution des états d’esprit et sur la volonté des hommes d’assumer plus de responsabilités dans leur couple.

L’idée de la pilule pour homme séduit de plus en plus les couples

Clef de voûte de la contraception au masculin, l’idée d’une pilule pour hommes fait ainsi son chemin et est de mieux en mieux accueillie à la fois par ces derniers et par les femmes. Quarante-cinq ans après l’autorisation de la pilule contraceptive pour les femmes en France, 61% des hommes se déclarent prêts à prendre une contraception orale, si elle existait (dont 32% de « tout à fait »), contre 36% qui sont contre l’idée. Ce sont les plus jeunes hommes qui s’opposent le plus à cette idée : seuls 53% d’entre eux s’y disent favorables, dont seulement 13% de « tout à fait » prêts. A contrario, chez les 50-64 ans, près des deux tiers des répondants se déclarent prêts à assumer la responsabilité de la contraception si une pilule masculine existait. Du côté des femmes, la possibilité d’une pilule masculine est vue d’un bon œil : elles sont tout aussi nombreuses que les hommes (61%) à se dire prêtes à laisser leur partenaire prendre en charge la contraception dans le couple. Mais là encore, ce sont les plus jeunes qui sont les plus réticentes à déléguer (seules 40% sont prêtes à laisser la responsabilité de la contraception à leur partenaire), alors que les 50-64 ans sont plus enclines à faire confiance à leur compagnon (73%). Notons par ailleurs que les femmes utilisant le préservatif comme un moyen de contraception régulier sont plus disposées à transférer la responsabilité de la contraception à leur partenaire : 72% contre 61% en moyenne.

40% des femmes sont prêtes à subir une intervention définitive

Interrogés sur les autres moyens de contraception, plus radicaux, que sont les interventions définitives, telles que la  vasectomie et la ligature des trompes, près d’un tiers des Français se disent prêts à l’envisager s’ils sont « certain de ne plus avoir d’enfants ». On observe cependant de grandes divergences entre hommes et femmes, traduisant la différence de relation à leur corps et de perception de leur fertilité. L’option de la ligature des trompes est ainsi envisagée plus facilement par les femmes : elles sont 40% à se dire prêtes à subir une intervention définitive, dont 28% « tout à fait » prêtes. Les jeunes femmes sont cependant beaucoup plus réticentes (19%) que leurs aînées. Les hommes sont également beaucoup plus frileux : seuls 20% sont disposés à cette alternative (12% « tout à fait »). L’idée fait donc doucement son chemin, au sein du couple et de la société. En attendant, histoire de confiance et de partage des responsabilités, la contraception devient une histoire de couple et n’est plus uniquement réservée aux femmes.


* Sondage exclusif CSA / Terrafemina réalisé par téléphone les 19 et 20 septembre 2012. Echantillon national représentatif de 988 personnes résidant en France âgées de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et taille d’agglomération.


VOIR AUSSI

Une contraception gratuite et anonyme pour les mineures
Comment choisir mon contraceptif ?
Contraception : nouvelles avancées sur la pilule masculine
Contraception et cancer du sein : "la pilule et les règles sont cancérogènes"

Mots clés
Home contraception sondage parentalité
Sur le même thème
Sophie Marceau s'indigne : oui, l'IVG est encore "menacée" en France play_circle
Société
Sophie Marceau s'indigne : oui, l'IVG est encore "menacée" en France
24 janvier 2024
"Il faut se battre !" : Marilou Berry dit les termes sur l'affaire Depardieu play_circle
Société
"Il faut se battre !" : Marilou Berry dit les termes sur l'affaire Depardieu
17 janvier 2024
Les articles similaires
Ne pas avoir d'enfant ? C'est un droit ! rappelle Anne-Cécile Mailfert play_circle
Société
Ne pas avoir d'enfant ? C'est un droit ! rappelle Anne-Cécile Mailfert
17 janvier 2024
Pierre Niney : "En tant que papa, mes filles me permettent de refuser la folie des adultes" play_circle
Culture
Pierre Niney : "En tant que papa, mes filles me permettent de refuser la folie des adultes"
24 juin 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news