On a vu "Foxfire" : quand Laurent Cantet fait exploser un gang de filles

On a vu "Foxfire" : quand Laurent Cantet fait exploser un gang de filles
On a vu "Foxfire" : quand Laurent Cantet fait exploser un gang de filles
Dans cette photo : Laurent Cantet
En adaptant le roman de Joyce Carol Oates, Laurent Cantet plonge le spectateur dans l'Amérique des années 1950, époque où les barrières sociales pour les adolescents étaient plus souples et leur permettaient de créer facilement leurs propres règles. En adoptant une narration chronologique, « Foxfire, confessions d’un gang de filles » renforce sa portée dramatique tout en développant pas à pas les valeurs féministes.
A lire aussi
Le G7 "sauvé" par un engagement historique pour l'éducation des filles
News essentielles
Le G7 "sauvé" par un engagement historique pour...

On a aimé

Découvrir l'envers du rêve américain : Legs et ses sœurs de sang sont issues d'un milieu très populaire et ne recherchent pas l'accomplissement social mais une forme de vie communautaire dans laquelle l'entraide et la liberté de la femme par rapport à l'homme sont des objectifs-clés. D'ailleurs, le personnage de Theriault confirme que Legs, la leader, « l'étoile filante » du groupe, s'appuie sur des préceptes du communisme.

L'atemporalité du film qui, s'il se déroule bien dans les années 1950, permet,  même aujourd'hui, de rêver de cette forme de liberté.

Le personnage de Maddy (Katie Coseni), qui est à l'origine du gang, décide des fondements et souhaite cette vie, est aussi la narratrice. Sa voix off constitue le fil rouge et rappelle la valeur de témoignage de « Foxfire, confessions d'un gang de filles ». Maddy a une position ambivalente dans le groupe : elle a besoin du gang pour exister mais peine à s'y reconnaître.

Si la décision de créer Foxfire découle du machisme ambiant que les filles subissent quotidiennement et plus particulièrement à l'école, le groupe d'adolescentes, sans les nommer explicitement, défendent clairement des valeurs féministes. Le réalisateur Laurent Cantet parle de « vivre les choses avant de les théoriser ».

L'osmose qui règne au sein de ce groupe de jeunes filles : le travail long et fastidieux de choix des actrices pour que chacune ait sa place dans ce gang d'un genre nouveau montre toute la difficulté de constituer une communauté en ménageant les caractères individuels de chacun pour les mettre au service du collectif.

La réplique

« Heureux ? Malheureux ? Qu'est-ce que ça signifie ? », demande Theriault, un vieil homme communiste, à Legs et Maddy, devant un char de la révolution soviétique de 1917 entreposé dans un parc.

L'info (in)utile

Laurent Cantet a passé un hiver entier à Toronto au Canada, à parcourir des lieux de rencontre des adolescents, pour dénicher les actrices qui constitueront le gang de Foxfire. À noter que seule Tamara Hope, qui interprète le rôle de Marianne Kellog, est une actrice professionnelle.

La note de Terrafemina

Scénario : 7/10 ; Acteurs : 8/10 ; Originalité : 7/10 ; Bande-son : 7/10

Synopsis

1955. Dans un quartier populaire d'une petite ville des États-Unis, une bande d'adolescentes crée une société secrète, Foxfire, pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu'elles subissent. Avec à sa tête Legs, leur chef adulée, ce gang de jeunes filles poursuit un rêve impossible : vivre selon ses propres lois. Mais l'équipée sauvage qui les attend aura vite raison de leur idéal.


Découvrez la bande-annonce de « Foxfire, confessions d'un gang de filles » 




Drame de Laurent Cantet avec Raven Adamson, Katie Coseni et Madeleine Bisson. 
Durée : 2h23, en salle le 2 janvier 2013

VOIR AUSSI

On a vu "Le monde de Charlie" avec Emma Watson, Ezra Miller et Logan Lerman
On a vu "Une Estonienne à Paris" avec un Jeanne Moreau fragile, cynique et touchante
On a vu "Main dans la main" de Valérie Donzelli, avec Jérémie Elkaïm et Valérie Lemercier
On a vu "Télé Gaucho", avec Maïwenn et Félix Moati : brouillon mais gonflé

À propos
Laurent Cantet