Web : les extensions personnalisées sont disponibles

Web : les extensions personnalisées sont disponibles
Web : les extensions personnalisées sont disponibles
L'Icann a lancé son programme de nouvelles extensions Internet. Les entreprises ou institutions pourront bientôt bénéficier de leur propre nom de domaine, comme par exemple « .nike » ou « .berlin ».
A lire aussi


Le « .com » et le « .fr » auront de nouveaux cousins sur la Toile. En effet, l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organe américain chargé des noms de domaines, a lancé le 12 janvier son programme de nouvelles extensions. Avec cette mesure, les entreprises et institutions peuvent déposer leur propre suffixe dans les adresses Internet. Jusqu’à présent, seule une vingtaine de noms de domaines génériques de « premier niveau » était présente sur le Web, comme le «.com », le plus courant. L’Icann avait également lancé récemment le .xxx, réservé aux sites pornographiques. Par ailleurs, il fallait compter les extensions liées aux noms de pays, comme le .fr ou le .de.
« Les nouveaux noms de domaines génériques de premier niveau aideront à accomplir cet engagement en ouvrant la voie à un plus grand choix pour les consommateurs, et ce, en facilitant la concurrence entre les fournisseurs de services de registre », indique un communiqué de l’organisation américaine. L’ouverture des noms de domaines avait été entérinée en juin dernier lors d’une réunion du conseil d’administration de l’Icann.

Une démarche longue et onéreuse

Afin de bénéficier de ces nouveaux suffixes Web, les candidats n’auront que peu de temps : ils ont jusqu’au 12 avril pour se manifester et entamer une démarche longue. Le délai est en effet d’un an entre la candidature et la mise en service du nom de domaine.
Ce programme de nouvelles extensions s’adresse avant tout aux marques, avec un ticket d’entrée des plus élevés : les acquéreurs devront débourser 185 000 dollars (soit environ 135 000 euros) auxquels s’ajoutent des frais de gestion qui allongent la facture de plusieurs dizaines de milliers de dollars. Malgré ces prix élevés, l’Icann s’attend à recevoir plusieurs centaines de candidatures.
Côté sécurité, l’Icann demande l’obligation de proposer un service DNSsec (Domain Name System Security), la version sécurisée du système qui établit la correspondance entre les noms de domaines et les adresses IP des ordinateurs.
La liste complète de ces nouvelles extensions sera publiée en mai. D’ici là, il est difficile de déterminer si les candidats seront nombreux en France. En novembre, seulement une dizaine de dossiers français auraient été réalisés. La ville de Paris et la région Bourgogne seraient par ailleurs sur les rangs.

Crédit photo : Photos.com

VOIR AUSSI

Sites porno : les adresses en .xxx sont lancées
XXX : une nouvelle extension pour les sites pornographiques

L'INFO DES MEMBRES

"Hitler.fr", "Satan.fr" : 30 000 noms de domaines ne seront plus interdits