Devious Maids : 4 choses à savoir sur la série diffusée sur M6

Devious Maids : 4 choses à savoir sur la série diffusée sur M6
Devious Maids : 4 choses à savoir sur la série diffusée sur M6
Le deuxième épisode de la première saison de « Devious Maids » sera diffusé sur M6, samedi 28 juin. L’occasion de découvrir une perle rare qui nous plonge dans le quotidien de quatre femmes de ménage latinos à Beverly Hills.
A lire aussi
Scorpion : 3 choses à savoir sur la nouvelle série d'M6
television
Scorpion : 3 choses à savoir sur la nouvelle série d'M6


La série fait un carton aux Etats-Unis. A tel point que la saison deux est en train d'être diffusée de l'autre côté de l'Atlantique. En France, M6 a su flairer la petite pépite et a décidé d'acheter les droits de diffusion de Devious Maids. La série est retransmise tous les samedis soir. Si vous ne connaissez pas, voici quelques petits détails qui pourraient vous inciter à la regarder.

4 choses à savoir sur Devious Maids

L’adaptation d’une telenovela mexicaine

En Amérique latine, que ce soit en Colombie, Brésil ou au Mexique, les telenovelas font fureur, et il n’est pas rare qu’une adaptation à plus grande échelle soit effectuée par les Américains. L’exemple le plus connu est celui d’« Ugly Betty ». C’est donc le cas également de « Devious Maids », qui est une télénovela à succès au Mexique.

Ana Ortiz a tourné un clip avec Enrique Iglesias

Ana Ortiz, qui interprète le rôle de Marisol Duare-Suarez, femme brillante, assez énigmatique, qui parle anglais sans accent, est également connue pour avoir tourné dans un clip d’Enrique Iglesias et Juan Luis Guerra, « Cuando me enamoro ». Elle y joue le rôle de principale dans un collège. Elle est également habituée à ce type de série, puisqu’elle avait eu un rôle dans « Uggly Betty ».

La série accuse?e d’enfermer les immigre?es latino-ame?ricaines dans les cliche?s sociaux

Des immigrées mexicaines aux Etats-Unis, femmes de ménage dans les quartiers riches de Bervelly Hills… Des voix se sont élevées pour éviter de rentrer dans ces clichés sociaux. Réponse d’Ana Ortiz : « C’e?tait un proce?s d’intention, avant me?me la diffusion de la se?rie. Oui, les he?roi?nes sont des bonnes. Et alors ? Elles n’auraient pas droit a? une vie palpitante ? On prouve le contraire : dans la se?rie, ce sont elles qui tirent les ficelles, et non leurs patrons », explique l’actrice dans une interview à Télé Sept Jours.

Les nouvelles Desperate Housewives ?

La comparaison est faite par le critique cinéma Marcus Dupont-Besnard sur le site du Plus : « Des destins croisés autour d'une sombre et mystérieuse histoire de meurtre, le tout traité avec un humour noir et un troisième degré en enchaînant les scènes absurdes : la touche "meurtre, amour et fantaisie" de "Desperate Housewives" est incontestable ». Hasard ou pas, la série est produite par Eva Longoria et Marc Cherry.