Euro 2012 : les Bleus de Blanc en 11 leçons pour le 11 juin

Euro 2012 : les Bleus de Blanc en 11 leçons pour le 11 juin
Euro 2012 : les Bleus de Blanc en 11 leçons pour le 11 juin
Dans cette photo : Laurent Blanc
Ce soir, l’équipe de France génération Blanc fera son entrée dans le très attendu Euro 2012. Face à l’Angleterre, tout juste remise des 4 jours de fiesta au jubilé de la reine, les Bleus seront attendus, scrutés, épiés. Comme tout bon supporter, vous vous devrez de regarder tous leurs matchs, et celui-ci en particulier. Comment ça, vous n’y connaissez rien ? Comment ça, depuis 98, vous avez tout oublié ? Lisez vite nos 11 trucs à savoir sur les 23 pour briller en société le 11 juin (et après) !
À lire aussi

1. L’entraîneur, c’est Laurent Blanc

Oui, Raymond Domenech est parti (euh… oui, Aymé Jacquet aussi), suite à quelques petits soucis de transports, une sale histoire de bus… Bref. Du coup, on a rappelé Laurent Blanc. Vous le connaissez, il jouait avec les champions ! Le grand défenseur qui embrassait le front de Barthès, eh ben c’est lui. Aujourd’hui, il porte des lunettes, un costume et les bras croisés pour faire sérieux (et une petite barbichette étrange pour faire footeux quand même), et a recadré tout ce petit monde après le fiasco de 2010 : l’heure est à la reconquête.

2. Les casques leur sont interdits

Ca avait participé de la mauvaise image donnée par les Bleus du bus, et même avant l’épisode en question : les joueurs portaient de manière quasi permanente un casque qui semblait les couper d’un public déjà en plein désamour. Blanc a tranché ! En public et pour tout rassemblement, ses joueurs auront les oreilles nues. Whouuu. On ne tweetera pas non plus avec nos champions ; le coach a été ferme : les Bleus ont un devoir de confidentialité et, s’il ne leur a pas été interdit de poster comme aux espagnols, il y a peu de chances de recueillir des confidences via le site de micro-blogging.

3. Nouvelle ère, nouveau beau gosse

Le changement, c’est maintenant, et ça atteint tous les domaines, même les plus futiles. En 2010, on avait Gourcuff. Mais si vous savez, celui dont on a dit qu’il avait été martyrisé par les méchants de la colo et qu’on avait pris en pitié parce que c’était certainement qu’ils étaient jaloux parce que c’était le plus beau mais le plus fragile. Le pauvre homme n’aura pas survécu à son bizutage et, malgré les coups de pouce de papa Laurent, ne fait finalement pas partie des 23. La bonne nouvelle, c’est que parmi les nouvelles recrues figure le très hot Olivier Giroud qui, beau symbole pour le football très frileux sur le sujet, a fièrement posé en couverture du dernier numéro de Têtu. Giroud, on l’aime déjà.

4. Leurs chambres ne sont pas très luxueuses

On ne se refait pas. Deux joueurs ont craqué la nouvelle politique « normale » et ont montré une certaine nostalgie pour le train de vie bling bling de l’ère Domenech. En conférence de presse, Valbuena a déclaré : « C’est vrai que les chambres sont moins luxueuses qu’à Knysna mais on est venus pour une compétition, donc ça nous va largement. ». Quant à Ribery, il est allé dans le même sens : « Les chambres, ce n'est pas extraordinaire mais l'essentiel est qu'on soit tous ensemble ». Oui, un peu comme dans l’expression « c’est l’intention qui compte »…

5. La nouvelle star, c’est Benzema

Taillé dans un bloc de muscles depuis qu’il s’épanouit en Espagne, le petit Karim a bien grandi. Après sa (supposée) idylle avec Jenifer, Karim semble plus épanoui et serein que jamais. Bien dans ses crampons, il a même marqué deux fois lors du dernier match amical contre l’Estonie sans même retirer son maillot, ni sautiller, ni crier sa rage et sa soif de vengeance. Non, le Karim 2012 est classe, très force tranquille. On a envie de s’appuyer sur ses larges épaules et de lui faire confiance.

6. Il n’y a plus aucun champion du monde

Ne cherchez pas sur le terrain, ni sur le banc, en fredonnant avec nostalgie « la lala la LA LALALALALALLA ». Eh oui, pour la première fois depuis 14 ans, il n’y aura aucun rescapé de la Coupe du Monde d’Aymé parmi les 23 sélectionnés. Thierry Henry, tout jeune à l’époque, l’aura poussée jusqu’en Afrique du Sud, ce qui lui aura permis de devenir le meilleur buteur de tous les temps sous le maillot bleu (toujours bon à sortir pendant n’importe quel match de la France, ça fait son petit effet). Oui, DEVANT Platoche.

7. Leur maillot est potentiellement dangereux

Non qu’il le soit pour les adversaires mais pour les joueurs eux-mêmes.  En effet, selon une étude menée par le bureau européen des associations de consommateurs (Beuc), les touches dorées du maillot contiendraient des produits chimiques toxiques. A priori, il n’y aurait cependant pas lieu de s’alarmer et les joueurs ne devraient pas se passer de leurs maillots. Dommage…

8. Pas de prime avant les quarts

On avait beaucoup glosé sur les primes mirifiques octroyées à la formation de Domenech à qui tout semblait dû. Cette fois-ci, la FFF a décidé de réagir en n’ouvrant la boîte à bonbons qu’à partir des quarts de Finale. Si la France ne les dépasse pas, les joueurs ne toucheront rien. Dans le cas contraire, le compteur s’accélèrera alors puisque les joueurs toucheront 100 000 euros s'ils se qualifient pour les quarts de finale, auxquels seront ajoutés 50 000 euros s'ils atteignent les demi-finales, 70 000 euros s'ils gagnent les demies et 100 000 euros s'ils gagnent la finale. » La carotte, y’a que ça de vrai.

9. La France, pays ayant le moins de supporters à l’Euro

Ils ne seront que 2000 au maximum à pouvoir se déplacer pour aller supporter l’équipe de France en phase de poule, a confié la FFF. La faute aux conditions d’accueil en Ukraine, selon la Fédération des sections nationales des supporters des Bleus (FANS). En effet, les hôtels auraient tellement augmenté leurs prix, profitant de l’événement, qu’il serait difficile de trouver à se loger à moins de 200 € la nuit.  Gageons que si la France passe les étapes jusqu’aux phases finales, peut-être serons-nous plus nombreux à casser notre tirelire.

10. L’équipe de France est la plus petite de l’Euro

Cette anecdote a été publiée par le journal L’Equipe. Valbuena, Ribery… Ils participent à faire descendre la moyenne à 1,80m. Les plus grands sont les Allemands, qui culminent à 1,85 m. Ca fait mal. Mais relativisons : le Messi du football mondial, haut comme trois pommes d’1,69 m ne fait-il pas mentir l’adage ? Allez les petits Bleus, allez les schtroumpfs !

11. Ils peuvent gagner l’Euro

C’est en tous cas ce que pensent 50% des Français, selon un sondage paru hier dans le JDD. Pas si mal, quand on pense que les Bleus n’ont pas gagné le moindre match en compétition officielle depuis… 2006. Et pourtant, 56% d’entre nous trouvent ces nouveaux Bleus, les Bleus « normaux » du sélectionneur « normal », sympathiques. Filons la métaphore et mobilisons-nous pour que ce soir, face à la perfide Albion, le changement soit en marche. Et pour paraphraser notre Président, nous conclurons que : « le 11 juin doit être une grande date pour notre pays, un nouveau départ pour l’Europe, une nouvelle espérance pour le monde. » Allez les Bleus !

Le match sera diffusé à 18h sur TF1 et BeIn Sports

VOIR AUSSI

Euro 2012 : calendrier des matchs et dates de diffusion

Euro 2012 : fanandfoot.com, un nouveau réseau social pour parler foot

Euro 2012 : où suivre les matchs à la télévision ?

Euro 2012 : Ribery n'aime pas l'humour de Platini