Lycées français, The place to be…

Lycées français, The place to be…
Lycées français, The place to be…
Ils étaient 700 sur liste d’attente l’année dernière pour intégrer le Lycée français Charles de Gaulle à Londres. Les Français ne jurent que par lui, et les Britanniques le placent dans les 50 meilleurs établissements du pays. Administrateur de l'Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger à Londres, Olivier Cadic nous donne les clés de ce succès.
A lire aussi
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une question sexiste
News essentielles
Quand Lucas Pouille remet en place John McEnroe après une...

Olivier Cadic est conseiller élu à l'Assemblée des Français de l'Etranger pour le Royaume-Uni, administrateur de l'Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger et Président de l'Union pour les Français à l’Etranger en Grande-Bretagne. 


TF : Quelle importance ont les écoles françaises à Londres ?


Olivier Cadic : Depuis sa création en 1915 près de la gare de Victoria Station avec 120 élèves, le lycée Charles de Gaulle a dû déménager en 1930 à South Kensington et acquérir de nouveaux locaux à même de répondre à une demande en croissance exponentielle. Depuis les années 90, cette demande dépasse très largement les capacités d’accueil disponibles (actuellement près de 2,700 élèves). Ainsi 700 demandes n’ont pu trouver de réponse favorable cette année à Charles de Gaulle. Il y a sept écoles maternelles et primaires à Londres qui créent un véritable engorgement au niveau du collège. Nous attendons un second collège à Kentish Town, situé près de la gare de St Pancras, pour la rentrée 2011. Une première depuis 1915.


TF : Pour les enfants d’expatriés, le choix de l’école française est-il majoritaire ?


O.C. : Les trois quarts des enfants français du Royaume-Uni sont scolarisés dans des établissements britanniques par choix de leurs parents ou du fait de leur localisation géographique éloignée des écoles françaises du pays. Pour environ 21 000 mineurs français enregistrés au Consulat à Londres, ils ne sont que 4 000 à fréquenter les établissements français du Royaume-Uni.


TF : Quelles est la valeur ajoutée des écoles françaises ?


O.C : Notre réseau d’enseignement permet d’assurer la continuité de l’éducation « à la française » à l’étranger. Ce dispositif permet de scolariser sans rupture d’un pays à l’autre, les enfants français et les enfants des familles étrangères attirées par le standard de qualité, l’exigence intellectuelle et les valeurs universelles du système français.

L’enseignement dispensé conduit aux examens et diplômes français : le diplôme national du brevet et le baccalauréat qui ouvre sur l’enseignement supérieur dans l’ensemble des pays européens.

Cependant, l’enseignement français à l’étranger ne consiste pas en une simple transposition du système éducatif français hors de nos frontières. Il possède des spécificités et a vocation à concilier une éducation française et un enseignement de standard international, la promotion du français et le développement du plurilinguisme, une pédagogie attachée à la réussite de tous et une exigence d’excellence.

TF : Les Britanniques sont ils demandeurs pour intégrer ces écoles ?


O.C. : La section britannique du lycée Charles de Gaulle est très réputée. Elle contribue au rayonnement culturel de la France. Le journal "The Independent" a publié en janvier 2010 le classement des 50 meilleurs établissements "indépendants" en Angleterre. Le lycée français est placé en 25ème position pour ses résultats aux A Level (examen britannique, équivalent du baccalauréat) et en 15ème position pour ses résultats aux G.C.S.E (examen britannique de fin de 2nde) ! Le lycée bat ainsi certains établissements prestigieux. Malheureusement, nous n’avons que très peu de places à offrir.

VOIR AUSSI :

Bien préparer sa rentrée scolaire !
Découvrez les aides pour la rentrée scolaire.