Dépression : les consommateurs de sodas light plus exposés

Dépression : les consommateurs de sodas light plus exposés
Dépression : les consommateurs de sodas light plus exposés
Les sodas light à l'origine de dépressions ? C'est ce qu'affirme une étude américaine, relayée par le Daily Mail. En effet, les chercheurs ont démontré que les gros buveurs de boissons sucrées non-alcoolisées multipliaient les risques de déclencher un état dépressif, particulièrement quand les sodas étaient light.
A lire aussi


Une étude réalisée sur 265 000 personnes (des hommes et des femmes de 50 à 71 ans) aux Etats-Unis révèle que ceux qui consomment des boissons sucrées – au moins quatre canettes de sodas quotidiennes – ont 30% de chance de plus de sombrer dans la dépression. Les interrogés ont répondu en 1995 et 1996 à des questions sur leur consommation de sodas, puis de 2004 à 2006, les chercheurs ont fait le point pour savoir combien d’entre eux avaient déclenché un état dépressif depuis 2000.

Les inconditionnels des sodas sans sucre ont un risque particulièrement accru de 31% contre 22% pour les autres gros consommateurs de boissons sucrées. Autre résultat, les boissons aux fruits sans sucre seraient les plus dangereuses. Les conclusions de cette étude doivent être présentées au congrès annuel de l’Académie américaine de neurologie en mars. Pour l’instant, les chercheurs n’ont fait aucun lien scientifique entre l’état dépressif et la consommation de sodas sucrés ou allégés.

A noter également que le Daily Mail qui publie l’étude souligne qu’une consommation d’au moins quatre tasses de café par jour permet par ailleurs de mieux résister à la dépression, citant un des chercheurs, le Dr Honglei Chen : « Le café contient de grandes quantités de caféine connu pour être un stimulant cérébral ».

VOIR AUSSI

Les boissons light n'échappent pas à la taxe sur les sodas
Eaux, sodas : la vérité sur les boissons
5 tasses de café par jour réduiraient les risques de cancer du sein
Le café, boisson privilégiée des cadres supérieurs