États-Unis : les enfants, nouvelle cible du lobby pro-armes

États-Unis : les enfants, nouvelle cible du lobby pro-armes
États-Unis : les enfants, nouvelle cible du lobby pro-armes
Fusil rose pour les filles, bleu pour les garçons… Le lobby pro-armes a trouvé sa nouvelle cible aux États-Unis : les enfants. Certains jeunes Américains sont initiés de plus en plus jeunes au maniement d'armes à feu. Un marché à la fois gage de nouveaux débouchés pour les industriels de la gâchette et garantie d'accidents tragiques à répétition...
A lire aussi


Quand d'aucuns jouent aux billes d'autres se prennent pour John Wayne en culotte courte. Aux États-Unis, l'industrie de l'armement à flairer un nouveau débouché en développant pistolets et fusils… pour enfants. Conséquence, dorénavant outre-Atlantique des enfants tuent ou sont tués involontairement par des armes à feu, tous les deux jours.

Le fusil se porte rose pour les filles et bleu pour les garçons

A l'instar des groupes de spiritueux et de leur packaging spécialement pensé pour les ados, le lobby pro-armes ne manque pas d'imagination pour « enfourailler » les chères têtes blondes. « Bullets and burger party » ou encore fusil rose pour les filles ou bleu pour les garçons, tout est fait pour équiper les bambins dans les États où la législation n'interdit pas à ces derniers de posséder une arme à feu. D'ailleurs, pas moins de 300 millions d'armes (106 millions de pistolets, 105 millions de fusils et 83 millions de fusils de chasse) – selon la dernière étude sociologique nationale (GSS) en date de 2010 et menée par le Centre de recherche national de sondage (NORC) de l'Université de Chicago – circulent aux États-Unis pour 318 millions d'habitants. Un phénomène décrypté par les équipes de L'Effet Papillon.


Les reporters de Canal Plus ont ainsi suivi une famille texane (vidéo disponible en bas d'article). On y aperçoit notamment Brandon, 9 ans, qui se voit offrir une session de tir en compagnie de ses amis pour son anniversaire. Le jeune texan est rompu au maniement des armes à feu depuis l'âge de six ans, avant même d'apprendre à lire ou à écrire. Une dérive qui entraîne son lot d'accidents. Dernier en date, le 25 août dernier, à White Hills (Arizona) où l'instructeur de tir, Charles Vacca, 39 ans, avait été tué accidentellement par une petite fille de 9 ans ayant actionné la détente d'un Uzi automatique et perdu le contrôle de l'arme.

« 3 000 enfants tués par balles, chaque année, aux États-Unis »

Et les équipes de l'Effet Papillon de relayer ces chiffres effrayant : « Chaque année 3 000 enfants sont tués, aux États-Unis et 14 000 autres blessés par balle, soit autant en un an que tous les soldats (américains) tombés en Irak ». Les fusils rose à 100 dollars ont donc encore de beaux jours devant eux.