Une lycéenne expulsée pour port d'une jupe trop longue

Une lycéenne expulsée pour port d'une jupe trop longue
Une lycéenne expulsée pour port d'une jupe trop longue
L'établissement du Val-d'Oise a demandé à une jeune lycéenne de rentrer chez elle pour avoir porté une tenue « non conforme » au règlement vestimentaire. La jupe a été considérée par le proviseur comme étant « à connotation religieuse ».
A lire aussi

Alors que l'on est plutôt habitué aux cas inverses, une élève d'un lycée du Val-d'Oise était lundi au centre d'une polémique au sein de son établissement pour une jupe trop longue jugée " non conforme " au règlement vestimentaire. Après un " rappel à l'ordre ", la jeune fille a été réintégrée.

Cette élève s'est présentée lundi au lycée Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l'Aumône, vêtue d'une jupe longue, considérée par le proviseur comme étant " à connotation religieuse " et sujette à " provocation ", selon Le Parisien qui rapporte l'information. Elle a donc été priée de rentrer chez elle, alors que sa mère a été convoquée par la direction de l'établissement.
" Elle est en cours, il n'y a pas de mesures éducatives qui ont été prises à son encontre. Simplement il y a eu un rappel à l'ordre par rapport à la tenue vestimentaire que nous imposons dans notre établissement de section professionnelle ", a précisé jeudi à l'AFP une responsable du lycée sous couvert d'anonymat. Cette personne n'a pas voulu évoquer le caractère " religieux " de la tenue mise en cause.

Pour Jean-Louis Brison, inspecteur d'académie du Val-d'Oise, toute cette affaire " c'est un non-événement." " J'ai le sentiment qu'on monte en épingle un malentendu entre l'équipe de la direction et cette jeune fille, un malentendu qui n'est pas sérieux ", a-t-il poursuivi. " Il est normal qu'en tant qu'adolescente elle soit sensible aux commentaires qui auraient pu être maladroits, qui sont peut-être vécus et reçus d'une manière hyper sensible et d'un seul coup une souffrance apparaît, " a précisé M. Brison.

L'inspecteur s'est entretenu avec le proviseur pour " calmer cet emballement " et a jugé que l'élève pouvait " continuer à s'habiller comme elle veut ". M. Brison a ajouté qu'il n'y a aucune prohibition aussi longtemps que la tenue est décente, car " l'essentiel c'est que cette jeune fille suive ses études, arrive jusqu'à son examen et le réussisse pour s'insérer professionnellement ", a-t-il conclu.

Alexandra Gil

Crédit photo : Creatas

VOIR AUSSI

Une élève refusée au collège à cause de ses talons
Deux collégiennes punies pour avoir porté des jupes trop courtes
Sorties scolaires : l'interdiction du port du voile est légale