Présidence de l'UMP : Nathalie Kosciusko-Morizet envisage une candidature

Présidence de l'UMP : Nathalie Kosciusko-Morizet envisage une candidature
Présidence de l'UMP : Nathalie Kosciusko-Morizet envisage une candidature
Dans cette photo : Nathalie Kosciusko-Morizet
Après Jean-François Copé, François Fillon, Xavier Bertrand ou encore Alain Juppé, la liste des prétendants à la présidence de l'UMP vient encore de s'allonger d'un nom. Ce lundi, sur le plateau de BFM TV, Nathalie Kosciusko-Morizet a en effet envisagé une candidature à la tête de son parti, si sa ligne « n'était pas reprise ».
A lire aussi


Nathalie Kosciusko-Morizet a envisagé lundi sur le plateau de BFM TV une candidature à la tête de l'UMP. Interrogée sur cette question, l’ex-ministre et porte-parole de Nicolas Sarkozy a répondu : « si ma ligne était reprise, partagée largement par d'autres qui ont plus de qualités que moi pour la porter, je me rangerais derrière eux. Mais si elle ne l'était pas, je serais tentée d'aller la porter devant les militants », a-t-elle expliqué. Et d’ajouter toutefois : « je souhaite que l’on choisisse des idées et une ligne avant qu’on se préoccupe des personnes ».

La maire de Longjumeau entend par ailleurs défendre une frontière très étanche entre l’UMP et le Front National. Pour preuve, à la question : « Le prochain président de l'UMP doit-il affirmer qu'il n'y aura aucun accord avec le FN ? », NKM s’exclame : « Pour moi c’est clair, j’ai écrit un livre pour le dire ! ». La veille, sur Canal +, elle avait déjà accusé Patrick Buisson, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy d'avoir voulu faire gagner Charles Maurras, théoricien de l'extrême droite et soutien du régime de Vichy. S’agissant de la droitisation de la campagne du président sortant, Nathalie Kosciusko-Morizet assure défendre tout ce qui a été fait. « Je suis d'un tempérament loyal et toutes les propositions que j'ai portées au nom de Nicolas Sarkozy, je les revendique », affirme-t-elle, regrettant toutefois « la médiatisation de la campagne. On se laisse enfermer dans un discours. Nous nous sommes laissé caricaturer ».

Des propos auxquels a immédiatement réagi Valérie Pécresse. L’ex-ministre du Budget s’est ainsi dite en désaccord total avec sa collègue. « Je ne partage pas du tout son avis », a-t-elle tranché sur les ondes d’Europe 1. « Je crois que Patrick Buisson a fait gagner Nicolas Sarkozy en 2007 et qu’il a mis toute son énergie à essayer de lui faire gagner à nouveau les élections en 2012. »

Quoi qu’il en soit, l'UMP, qui n'a pas échappé aux règlements de compte après sa défaite des législatives, a récemment annoncé le lancement d'une « réflexion programmatique » sur ses valeurs. En effet, plusieurs responsables du parti jugent nécessaire une clarification sur son positionnement envers le FN, et ce avant le renouvellement de la direction.

Crédit photo : Arnaud Perrin

VOIR AUSSI

Groupe UMP à l'Assemblée : Christian Jacob réélu
Nouvelle Assemblée : un nombre record de femmes députées
Groupes parlementaires : le graal des députés
Le PS rafle l'hypermajorité à l'Assemblée