Ni Putes Ni Soumises organise la Journée de la Jupe

Ni Putes Ni Soumises organise la Journée de la Jupe
Ni Putes Ni Soumises organise la Journée de la Jupe
Dans cette photo : Isabelle Adjani
A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui se tient aujourd’hui, l’association Ni Putes Ni Soumises organise la Journée de la Jupe. Elle appelle ainsi toutes les femmes à revêtir une jupe en signe de protestation contre toutes les formes de violences.
A lire aussi

Ce jeudi 25 novembre étant placé sous le signe de la lutte contre les violences faites aux femmes, l’association Ni Putes Ni Soumises a profité de l’occasion pour lancer parallèlement la Journée de la Jupe. Toutes les femmes sont ainsi invitées à revêtir une jupe en soutien à toutes celles qui n’ont pas le droit de s’habiller comme elles le souhaitent. Selon les derniers chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, 654 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles en 2009. « Mettre une jupe, c’est un acte militant, dans le quotidien, sur le lieu de travail, dans la rue, chez soi, car aujourd’hui tous ces espaces sont des espaces de danger pour les femmes, rappelle Sihem Habchi, présidente de Ni Putes Ni Soumises. La jupe est bien un symbole de résistance. »
A l’issue de cette journée, une vente aux enchères de jupes de célébrités sera organisée au Palais de Tokyo à Paris, sous le parrainage d’Isabelle Adjani, héroïne du film « La Journée de la Jupe ». Les acheteuses pourront ainsi s’offrir des jupes de stars du cinéma (Carole Bouquet, Fanny Ardant, Sophie Marceau, Agnès Jaoui, etc.), de la télévision (Claire Chazal, Audrey Pulvard, etc.), de la chanson (Zazie, Charlotte Gainsbourg) ou de la littérature (Elisabeth Badinter, Amélie Nothomb,). Les sommes collectées serviront ensuite à louer des appartements relais pour des femmes victimes de violences.

Marie-Laure Makouke

VOIR AUSSI

Violences conjugales : où en est-on ?

Femmes battues : un foyer pour reprendre pied

Une loi pour lutter contre la violence psychologique