"La pénalisation des clients ne fera que déplacer la prostitution"

"La pénalisation des clients ne fera que déplacer la prostitution"
"La pénalisation des clients ne fera que déplacer la prostitution"
Le collectif Abolition 2012 réclame au gouvernement une véritable politique abolitionniste. Qu'est-ce que cela sous-entend et est-ce une véritable solution ? Nous avons posé la question à Lilian Mathieu, sociologue au CNRS spécialiste des questions liées à la prostitution.
A lire aussi
Prostitution : la pénalisation des clients bientôt élargie à toute l'Europe ?
union europeenne
Prostitution : la pénalisation des clients bientôt...

Terrafemina : Abolition 2012, un collectif de 50 associations, réclame au gouvernement une véritable politique abolitionniste. Qu’est-ce que cela sous-entend ?

Lilian Mathieu : Le mouvement abolitionniste a changé de sens : si aujourd’hui il s’agit de voir disparaître la prostitution, il prônait à l’origine l’abolition de la réglementation qui l’entourait. En France, jusqu’en 1960, les prostitués devaient s’enregistrer auprès de la police et effectuer des contrôles médicaux. Mais avec la signature de la convention abolitionniste de l’ONU, la prostitution est devenue une activité privée qui n’était soumise qu’à deux réserves : le proxénétisme et le trouble à l’ordre public. Aujourd’hui, le mouvement a atteint son but et étend simplement son objectif : pour lui, la prostitution est de toutes façons insupportable, il faut donc l’abolir.

Tf : Pensez-vous que la pénalisation du client pourrait supprimer totalement la prostitution ?

L. M. : Non, elle aura simplement pour effet de la déplacer comme l’a fait le délit de racolage. C’est son double inversé : l’objectif est le même mais au lieu de pénaliser les prostituées, on pénalise le client. Le résultat de cette méthode, c’est que la prostitution a lieu en sous-bois, sur les bordures d’autoroute, elle devient plus clandestine, et il est beaucoup plus difficile pour les travailleurs sociaux de les aider. Enfin, dans le calcul qui nous est présenté, il n’est pas précisé ce que feront les prostitués et étant donné l’état du marché du travail, il est peu probable qu’elles fassent autre chose.

Tf : Face aux abolitionnistes, d’autres associations défendent la réouverture des maisons closes. Qu’en pensez-vous ?

L. M. : Si les abolitionnistes ont gagné au milieu du XXe siècle, c’est justement parce que les maisons closes n’étaient pas non plus une solution : il y avait des problèmes d’hygiène, de sécurité. Ce dont les prostitués ont besoin aujourd’hui, c’est de l’arrêt de la répression du racolage et d’une véritable politique sociale avec un accès aux soins et aux prestations sociales facilités. Quand elles seront moins dans l’urgence de la survie, alors elles pourront prendre de la distance vis-à-vis de la prostitution et décider si elles souhaitent autre chose.

VOIR AUSSI

Abolition 2012 : 50 associations pour une politique contre la prostitution
Prostitution : 54% des Français contre l'interdiction
Égalité des sexes, prostitution : Najat Vallaud-Belkacem étudie le modèle suédois
Prostitution : plus de 40 millions de personnes concernées dans le monde