Le débat sur le voile intégral relancé

Le débat sur le voile intégral relancé
Le débat sur le voile intégral relancé
Alors que la circulaire d’application sur le voile intégral vient de paraître au Journal Officiel, Luc Chatel prend position contre le port du voile par les parents d’élèves pendant les sorties pédagogiques.
A lire aussi

Un peu plus d’un mois avant l’entrée en vigueur du texte contre le voile intégral, la circulaire d’application vient de paraître au Journal Officiel. Et afin que cette loi qui n’interdit pas la burqa mais « la dissimulation du visage dans l’espace publique » soit appliquée par tous, le gouvernement lancera dès demain une campagne d’information et de sensibilisation.
Affiches et flyers portant le slogan « La République se vit à visage découvert » seront ainsi visibles et disponibles dans les lieux publics. En outre, dans les avions à destination de la France et dans les postes consulaires français à l’étranger, des dépliants francophones, anglophones et arabophones seront mis à la disposition des voyageurs afin de les informer de la législation en vigueur sur l’ensemble du territoire. Un portail d’information www.visage-decouvert.gouv.fr sera également créé prochainement.
Une campagne de communication qui intervient alors que Luc Chatel vient d’apporter son soutien à la directrice d’une école de Pantin (Seine-Saint-Denis) opposée à des parents d’élèves dans le cadre d’une polémique sur le port du voile. Ces derniers protestent en effet contre la décision de la fonctionnaire d’interdire à une mère voilée de participer à une sortie scolaire avec son fils de CP, en novembre dernier. « La laïcité est au cœur du Pacte républicain, nous n’avons pas à déroger à ses principes, a ainsi affirmé le ministre de l’Education nationale. Il s'agit d'un sujet pédagogique. Les parents d'élèves doivent respecter les principes de neutralité et de laïcité ».
La loi sur le voile intégral prendra effet le 11 avril prochain. Elle s’appliquera aux femmes voilées mais aussi à tous ceux qui les y contraindront. Les individus dont le visage dissimulé rendrait impossible leur identification (masqués ou cagoulés) sont également concernés.

VOIR AUSSI

Baby Loup : les Prud'hommes donnent raison à la crèche
Burqa : la France ne veut pas se voiler la face
Voile intégral : l’interdiction adoptée par le Parlement
L’actualité sous l’œil de Françoise Holder