Le MEDEF planche sur la question de la parité

Le MEDEF planche sur la question de la parité
Le MEDEF planche sur la question de la parité
Françoise Holder préside la commission au MEDEF chargée de réfléchir aux problématiques de l’égalité hommes-femmes et la parité professionnelle. Objectif : faire des propositions concrètes en vue de l’élection présidentielle de 2012. En voici quelques pistes.
A lire aussi
Parité : le MEDEF veut casser les stéréotypes
Mag
Parité : le MEDEF veut casser les stéréotypes

Françoise Holder est l’une des associées fondatrices de Terrafemina. Co-présidente de l’association Force Femmes, elle préside le conseil de surveillance des boulangeries Paul, et est également administratrice du groupe Holder.

Terrafemina : Parlez-nous de cette commission parité et égalité hommes-femmes que vous présidez au sein du MEDEF (syndicat du patronat)…

Françoise Holder : Elle se compose d’une douzaine de membres de la société civile dont quelques hommes, ce qui est incontournable quand il s’agit de réfléchir à la parité. Cette commission est chargée de dégager quelques idées forces pour essayer de faire évoluer les mentalités, en vue de l’élection présidentielle de 2012. Nous allons réaliser un benchmark de ce qui existe en terme d’égalité hommes-femmes à l’étranger, et puis nous allons auditionner une série de personnes, dont des syndicalistes, des DRH, des salariés, des membres de la société civiles, des politiques mais aussi, et j’y tiens, des femmes au foyer.

Tf : Les lois se succèdent pour imposer la parité professionnelle, mais elles restent relativement inefficaces. Comment abordez-vous la question ?

F.H. : L’idée est bien d’avancer autrement qu’en imposant des quotas et des sanctions aux entreprises. Moi, je pars déjà du constat que les hommes et les femmes ne sont pas égaux, d’abord morphologiquement, ensuite du fait du poids de la société. Je souhaite donc établir des passerelles pour que les femmes puissent accéder au plan de carrière qu’elles désirent, et cela en parallèle des autres étapes de leur vie (naissances, parentalité, dépendance…). J’insiste sur le fait qu’il ne faut pas vouloir que toutes les femmes deviennent des hommes potentiels et vice et versa. Il faut recruter et promouvoir des femmes qui veulent y aller, leur donner une formation avec un tutorat puis les accompagner vers des carrières supérieures avec l’aide des Ressources Humaines.

Tf : Mais parfois ce n’est pas seulement une question de volonté, il y a aussi des enjeux familiaux…

F.H. : Oui, tout l’enjeu de la réflexion que nous menons est de faire en sorte que la vie professionnelle et la vie familiale des hommes et des femmes soient harmonieuses. Et pour cela il faut faire changer les mentalités. Une première piste serait de valoriser le CV des femmes qui font une pause pour élever leurs enfants. Il ne s’agit pas d’un arrêt de carrière mais bien d’une halte maternité.

Tf : Vous réfléchissez aussi à un congé paternité obligatoire ?

F.H. : Dans les 16 semaines de congé maternité (qui serait rebaptisé congé parentalité), 2 semaines deviendraient obligatoires pour le père. Il s’agit d’ouvrir les mentalités et de motiver les hommes à prendre également en charge les enfants sans être pénalisés dans leur travail.

Tf : D’autres pistes se dégagent concernant la flexibilité des horaires de travail…

F.H. : Nous n’en sommes qu’au stade de la réflexion, mais l’idée est d’essayer de trouver un consensus pour que les horaires de travail puissent être plus élastiques à un moment donné. Quand un enfant est malade, qu’il faut l’accompagner à des loisirs, quand il faut prendre soin d’un parent âgé, il faudrait cette souplesse du travail qui manque encore en France mais qui existe déjà dans les pays du Nord. Bien sûr, il faut s’adapter aux contraintes de certains métiers : par exemple dans la vente, l’absence d’une salariée doit être compensée. Mais chez les cadres, le travail peut tout aussi bien être effectué en horaires décalés, ou de la maison… Tout cela est vraiment une question de mentalités.

VOIR AUSSI

Quand l’ORSE et le Medef agissent sur les stéréotypes hommes/femmes
Débat autour de l’implication des hommes dans les politiques d’égalité
Femmes et travail : la condition féminine stagne
Chef d’entreprise, une vocation ?
Parité : attention danger !

Plus d'actu sur : L'égalité professionnelle, c'est pour quand ?

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes