"Arty Sensation" ou quand des femmes "normales" célèbrent la féminité

"Arty Sensation" ou quand des femmes "normales" célèbrent la féminité
"Arty Sensation" ou quand des femmes "normales" célèbrent la féminité
Dans cette photo : Nicole Kidman
Elles sont 20 anonymes venues de toutes l'Europe à avoir accepté de poser en dessous. Pour la deuxième année consécutive, la marque de lingerie « Triumph » a lancé « Arty Sensation », une exposition photos qui célèbre la femme à la Gaîté-Lyrique, à Paris, jusque jeudi.
A lire aussi
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina Mückstein
News essentielles
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina...


Elles s’appellent Franci, Nadège, Claire, Miya ou Jeannette. Vingt femmes, venant de France, du Danemark et des Pays Bas, qui ont accepté de poser devant l’objectif du photographe danois, Marc Hom, qui succède au photoreporter Gérard Uféras, pour la deuxième édition d’« Arty Sensation ». Une opération menée par la marque de lingerie Triumph et qui se tient depuis le 23 mai et jusque jeudi dans l'espace exposition de la Gaîté-Lyrique, à Paris, avant de se poursuivre aux Galeries Lafayette Haussmann et au BHV Rivoli.

« Le travail le plus difficile de ma carrière »

L’objectif de cette opération ? Célébrer la beauté des femmes. En soutien-gorge pigeonnant ou body sculptant, toutes ces muses anonymes révèlent ainsi leur féminité. Et pour le photographe, l’expérience était « fascinante ». « J’ai photographié de grandes stars de cinéma [Nicole Kidman, Jared Leto, Lupita Nyong'o, Angelina Jolie...], mais cela faisait des années que je n’avais pas pris des photos de "vraies femmes". C’était un challenge particulièrement intéressant pour moi de travailler avec des gens qui n’avaient jamais été photographiés par un professionnel. Mais c’était aussi le travail le plus difficile de ma carrière », a expliqué le photographe dans une interview à Grazia. Car pour Marc Hom, « le vrai challenge, ici, c’était que ces femmes apparaissent naturelles sur les photos. Certaines avaient tendance à reproduire les poses des mannequins. Il fallait alors que je les rassure, pour arriver à capter des moments d'intimité et révéler leur beauté ».