Mariage gay : les homosexuels catholiques veulent un vrai débat

Mariage gay : les homosexuels catholiques veulent un vrai débat
Mariage gay : les homosexuels catholiques veulent un vrai débat
Dans cette photo : François Hollande
Le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour tous agite les sphères politiques, médiatiques, sociales et religieuses. Dans ce contexte, la position de l'Eglise catholique, particulièrement virulente, ne fait plus aucun doute. Récemment, Monseigneur André Vingt-Trois qualifiait la mesure de « supercherie » quand le cardinal Philippe Barbarin liait homosexualité et inceste. Des propos qui ont profondément choqué Patrick Sanguinetti, président et co-porte-parole du mouvement homosexuel chrétien David et Jonathan. Interview.
A lire aussi
Mariage gay : le Kansas vote une loi autorisant la ségrégation des homosexuels
discrimination
Mariage gay : le Kansas vote une loi autorisant la...

Terrafemina : En tant qu’association chrétienne, comment réagissez-vous aux attaques répétées de l’Église catholique contre le mariage et l’adoption homosexuels ?

Patrick Sanguinetti : Plus que la position de l’Église, c’est surtout la violence de ses propos qui nous pose problème. En septembre dernier, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a affirmé que la légalisation du mariage gay ouvrirait la porte à la polygamie et à l’inceste. Plus récemment, Monseigneur André Vingt-Trois a quant à lui estimé qu’il s’agissait d’une « supercherie » qui instaurerait « une discrimination entre les enfants », et que ce projet de loi était le fait de certains lobbys.

Chez David et Jonathan, nous ne demandons que deux choses : l’ouverture d’un débat et de l’écoute ; des mots semblent avoir complètement disparu du vocabulaire des hautes autorités religieuses. Ces dernières se contentent de discours qui tombent d’en haut, comme ce fut le cas avec la prière de Monseigneur Vingt-Trois à Lourdes, à l’occasion de l’Assomption. Nous sommes très respectueux des personnes ayant un avis différent du nôtre, opposées au mariage gay, mais nous restons ouverts aux débats. Ce que nous reprochons aux autorités ecclésiastiques, c’est d’y être complètement fermées.

Tf. : Avez-vous déjà tenté d'entrer en contact avec les autorités religieuses ?

P. S. : Depuis 40 ans qu’existe l’association, nous n’avons jamais eu aucune réponse à nos courriers adressés aux hautes autorités religieuses. Plutôt que de rentrer dans un vrai débat, elles préfèrent appeler à manifester dans les rues. Or les manifestations contribuent aux violences et aux actes homophobes. D’ailleurs, l’homophobie étant un péché, nous aimerions que l’Église catholique prenne position contre, pas seulement par ses paroles mais aussi par ses actes.

Tf. : Et le mariage gay religieux, vous y avez déjà pensé ?

P. S. : L’Église étant opposée à l’acte homosexuel, il y a peu de chances pour que l’on voie un jour le mariage religieux, qui est un sacrement qui plus est, s’ouvrir aux gays et lesbiennes. Ce n’est pas, à mon avis, une option envisageable avant de longues décennies, d’autant que l’Église a une vision très conservatrice de la société. Elle n’a jamais revu sa position sur les homosexuels. Le seul progrès significatif, s’il faut en citer un, est l’admissibilité des gays à la prêtrise. Le mariage religieux est du domaine du rêve, de l’utopie et je pense qu’il le restera.

Tf. : Qu’avez-vous pensé des récentes déclarations de François Hollande sur la « liberté de conscience » des maires et de son rétropédalage quasi-immédiat ?

P. S. : Nous avons été surpris de cette déclaration car nous considérons que la loi autorisant le mariage gay, si elle est votée, devra s’appliquer à tout le monde et être respectée par tous. En effet, imaginez un peu la situation : un couple de personnes homosexuelles souhaite se marier mais le maire de la ville à laquelle il s’adresse est contre cette union et, conformément à sa « liberté de conscience », il va falloir trouver un adjoint pour célébrer leur union. Cette situation, si elle venait à devenir réalité, serait très désagréable et constituerait une discrimination supplémentaire pour les homosexuels. Ce n’est pas envisageable.

Cette déclaration était d’autant plus inattendue que le président François Hollande est le porteur de ce projet sur le mariage et l’adoption gay ; il en a d’ailleurs fait l’un des thèmes forts de son programme. Dans ce cadre, soit on instaure le mariage pour tous avec le même traitement pour les couples hétérosexuels et homosexuels, soit on laisse la législation telle quelle. Il ne doit pas y avoir de possibilité pour les maires de faire jouer une quelconque « liberté de conscience ». D’ailleurs, d’où vient cette notion ? Je ne crois pas l’avoir déjà vue dans quelque texte de loi que ce fut.

Certes, François Hollande a fait marche arrière mais avec cette déclaration, il a créé une brèche. Il a été dit qu’avec cet argument, il voulait éviter de se mettre à dos les maires les plus récalcitrants.

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Manifestation contre le mariage pour tous : Caroline Fourest porte plainte
Inceste, polygamie, zoophilie : les pires arguments des anti-mariage gay
Mariage gay : les couples homosexuels à la noce avant fin 2013
Mariage gay : ces politiques qui s'y opposent et leurs arguments

Plus d'actu sur : Mariage gay

Taubira traitée de "guenon" : la Manif pour tous va remanier sa charte d'action
Adoption pleinière : la première famille avec deux mamans est née
La Manif pour tous en guerre contre la théorie du genre