Congé parental d'éducation : pourquoi les pères n'en veulent pas?

Congé parental d'éducation : pourquoi les pères n'en veulent pas?
Congé parental d'éducation : pourquoi les pères n'en veulent pas?
Une mère sur quatre d'un enfant âgé de moins de trois ans décide de prendre un congé parental, contre seulement 1% des pères. Une étude de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) révèle que même lorsqu'ils font ce choix, les pères continuent à travailler à temps partiel.
A lire aussi


Mettre le boulot entre parenthèses pour un, deux ou trois ans semble impensable pour les jeunes pères, c’est pourtant le choix que fait une jeune mère sur quatre. Une étude de la CNAF révélée par lemonde.fr démontre le peu d’attrait du congé parental pour les pères : seuls 1% des papas d’un enfant âgé de moins de trois ans prennent un congé parental. Ainsi les hommes ne représentent que 3.5% des bénéficiaires du congé parental. Et parmi ces exceptions, la plupart choisissent le congé parental partiel, qui leur permet de garder une partie de leur activité. 

Qu'est-ce que le congé parental d'éducation ?

Créé en 1977, le congé parental d’éducation est censé permettre à un parent d’interrompre ou de diminuer son activité professionnelle pour  s’occuper d’un enfant. Cet arrêt de travail est un droit pour tout salarié pouvant justifier d’un an d’ancienneté dans l’entreprise : pendant toute la durée du congé, le contrat de travail est maintenu et le salarié retrouve son poste et son salaire après la période d’interruption. Le parent concerné peut faire une demande auprès de sa caisse d’allocations familiales pour toucher le CLCA (complément de libre choix d’activité).  

Le désamour des pères expliqué par la pression professionnelle ?

Plus de 523 000 familles auraient touché le CLCA en 2011. Si 56.2% des femmes concernées par le congé parental ne travaillent pas du tout –elles choisissent le congé parental total-, 70.3% des hommes optent pour un congé parental partiel. Les pères, toujours attachés au modèle traditionnel du chef de famille et de la bourse, sont surtout les victimes d’une pression sociale qui veut que l’homme travaille dur pour subvenir aux besoins de la famille. Une récente étude menée par CSA et Terrafemina révèle que 43% des pères actifs estiment que prendre un temps partiel serait mal perçu par leur entourage professionnel, alors que 30% d’entre eux seraient tentés par cette solution. Un chantier de l’égalité hommes-femmes que le gouvernement ne devra pas négliger dans sa volonté de réformer le congé parental. En Suède, sur un congé parental de 13 mois, au moins deux mois sont réservés au père.

VOIR AUSSI

Working Dads : paroles de papas hyper impliqués et débordés
Working Dads : un père sur deux est tenté par le télétravail
Congé parental, télétravail... Ces pères qui réussissent à concilier vie pro et vie perso
Congé parental : "L'idéal serait 6 mois pour la mère, 6 mois pour le père"

Plus d'actu sur : L'égalité professionnelle, c'est pour quand ?

Hyperstress au travail : les femmes en première ligne
À partir du 3 novembre à 11h44, nous (les femmes) travaillerons gratuitement
Loi travail : comment les ordonnances d'Emmanuel Macron vont fragiliser les femmes
Dans l'actu