Un parent sur trois avoue préférer l'un de ses enfants

Un parent sur trois avoue préférer l'un de ses enfants
Un parent sur trois avoue préférer l'un de ses enfants
Shocking ! Dans une étude publiée par le magazine britannique ParentDish mardi 11 juin, près d'un tiers des parents interrogés avouent marquer une préférence pour l'un de leurs enfants. L'étude, intitulée « l'état de la parentalité aujourd'hui » montre aussi que les papas assument de plus en plus leurs responsabilités familiales.
A lire aussi
Un parent sur trois est incapable d'expliquer le métier de son enfant
emploi
Un parent sur trois est incapable d'expliquer le métier...

Si à vos yeux, vos enfants sont les huitièmes merveilles du monde et que vous leur vouez à tous un amour inconditionnel, les résultats de l'étude réalisée par le magazine britannique ParentDish vont vous surprendre - et peut-être même vous scandaliser. Dans cette étude sur l'état de la parentalité aujourd'hui, menée auprès de 2 212 mamans et papas, près d'un tiers avouent avoir une préférence pour l'un de leurs enfants. Si cette tendance est plus visible chez les mamans interrogées (34% d'entre elles), les papas ne sont pas en reste : 28% admettent aimer davantage l'un de leurs rejetons.

Cette révélation a de quoi décontenancer n'importe quelle maman, à commencer par Kelly Tamsin, rédactrice en chef de ParentDish et mère de trois enfants, qui a tenu à commenter les résultats de l'étude : « Nous avons été choqués que les parents admettent avoir un enfant préféré, explique-t-elle. Les enfants peuvent avoir besoin de niveaux d'attention différents selon les périodes, mais ils devraient pouvoir grandir en sachant qu'ils sont aimés de manière égale et inconditionnelle, avec leurs différentes personnalités et différents talents, et sans avoir à se mesurer à un frère ou une sœur préférée. »

Des familles stressées mais heureuses

L'étude menée par ParentDish met également en lumières les pressions que subissent les parents pour élever leur famille. Même si la majorité des mères et des pères sondés disent être heureux, 42% d'entre eux estiment pourtant que leur relation avec leurs enfants pourrait être plus forte et 17% avouent traverser une période stressante et 6% d'entre eux s'avouent fatigués.

Les pères de plus en plus impliqués

Surtout, l'étude met aussi l'accent sur le nouveau rôle des papas et leur volonté d'assumer totalement leur rôle de parent. 61% des pères interrogés estiment ainsi qu'ils prennent suffisamment leur part de responsabilités familiales, alors que les mères ne sont que 54% à avoir l'impression d'en faire autant.
Les papas seraient désormais, selon l'étude, devenus des pros du changement de couches. Ils seraient en effet plus rapides que les mamans pour changer leur bébé avec 1,36 minute en moyenne pour les pères, tandis que les mères exécutent la tâche en « seulement » 2,05 minutes. Une bonne raison pour leur laisser définitivement la joie d'accomplir cette besogne.

VOIR AUSSI
Working dads : un père sur deux tenté par le télétravail

Grandir avec une sœur rend plus apte au bonheur

Fête des pères : 5 astuces pour choisir la bonne cravate