La testostérone, moteur de la libido des femmes

La testostérone, moteur de la libido des femmes
La testostérone, moteur de la libido des femmes
De toutes les hormones présentes dans le corps de l'homme et de la femme, la testostérone est celle dont on parle le plus : elle est dans notre imaginaire celle qui correspond à des valeurs viriles, elle est synonyme de force et de puissance. Elle est pourtant bien plus que cela pour l'homme, et pour la femme également.
A lire aussi


Chez les hommes, la production de cette fameuse testostérone se situe dans les testicules et c'est en grande partie elle qui est responsable de la croissance de l'adolescent, de l'arrivée des poils pubiens, de l'agrandissement du pénis, du bon maintien de la prostate et du comportement sexuel et agressif. Ces valeurs toutes masculines ont sans doute fait occulter longtemps que les ovaires des femmes produisent eux aussi (mais en moindre quantité) de la testostérone.

Cette hormone multifonctions pour les deux sexes fournit l'énergie, maintient la masse musculaire, aide au renouvellement des cellules sanguines, renforce les os, renforce la masse musculaire et diminue la masse graisseuse, soutient la fonction cognitive, la concentration, la mémoire, le sommeil. Elle est surtout le moteur de la libido.

Certaines observations cliniques semblent montrer que chez la femme, ce sont les androgènes et non les oestrogènes qui sont à la base du désir, c'est d'ailleurs la testostérone qui fait réagir les mamelons et le clitoris au plaisir. Pour certains sexologues américains, la testostérone a une telle importance chez la femme aussi que si son taux se révèle trop bas, il aura des conséquences sur sa vie sexuelle : sa capacité à fantasmer, son excitation et ses orgasmes. Dès 1940, un endocrinologue américain, le Dr. Robert Greenblatt, préconisait la prescription de testostérone pour les femmes en perte de vitalité et/ou de désir sexuel, notamment au moment de la ménopause (qui, bien dosée, n'aurait pas d'effets secondaires indésirables).

Car les effets de la testostérone sont partout. On la trouve par exemple dans la salive. D'un point de vue biologique, elle sert à vérifier la compatibilité des gènes des deux partenaires, en vue de procréer, mais pas uniquement : son taux varie selon qu'un individu est ou non dans une relation amoureuse. Dans le cas d'une relation, il varie également en fonction d'éloignements plus ou moins longs : plus de quinze jours sans embrasser l'être aimé et le taux de testostérone descend … Selon l'anthropologue américaine Helen Fisher, non seulement la testostérone augmente le désir sexuel, mais la raison pour laquelle les hommes aiment tant le fameux French Kiss, très mouillé avec la bouche grande ouverte, est pour transférer inconsciemment la testostérone à la partenaire et augmenter ainsi son désir !

Alors plutôt que de chercher des remèdes miracles pour booster le désir lorsqu'il fatigue, ou d'accepter que les rapports s'espacent au risque qu'ils s'estompent complètement, pourquoi ne pas embrasser longuement son partenaire ? Et si la libido est au top, on peut encore embrasser, juste pour le plaisir…

Dans un cas comme dans l'autre, on peut également se réjouir de ce que les femmes produisent des hormones masculines et les hommes des hormones féminines, comme quoi la guerre des sexes n'a vraiment pas lieu d'être !