On passe deux semaines de notre vie à embrasser

On passe deux semaines de notre vie à embrasser
On passe deux semaines de notre vie à embrasser
Pour célébrer le « National Kissing Day » qui s'est déroulé le 20 juin au Royaume-Uni, la version british du Huffington Post a publié une amusante infographie qui met le bisou à l'honneur. Elle y révèle des données surprenantes sur le baiser, à commencer par le temps que l'on passe à s'embrasser tout au long de notre vie : 20 160 minutes, soit deux semaines complètes.
A lire aussi
Miss France, un "sacré tremplin dans la vie" ? Pourquoi Sylvie Tellier confond tout
News essentielles
Miss France, un "sacré tremplin dans la vie" ? Pourquoi...

C'est fou tout ce que l'on ignore sur le baiser, alors que nous passons 20 160 minutes de notre vie à nous embrasser. C'est pour remédier à ces lacunes, et pour célébrer comme il se doit le « National Kissing Day » que le Huffington Post britannique a décidé de consacrer une infographie à l'art de s'embrasser.

Outre le temps que l'on passe les lèvres collées à celles de quelqu'un d'autre – deux semaines entières au cours de notre vie en moyenne – on y apprend notamment que seules 66% des personnes gardent leurs yeux fermés pendant un langoureux baiser et que l'on échange en moyenne son premier bisou vers 16 ans.
L'infographie met également le fameux french kiss à l'honneur : le pratiquer nécessite la mobilisation de 34 muscles faciaux, tandis qu'un baiser traditionnel n'en mobilise que 2. Par ailleurs, s'embrasser avec la langue permet de brûler 2 à 3 calories par baiser et permet même à certaines femmes, selon le Huffington Post, d'atteindre l'orgasme.

Moins glamour, le site britannique révèle que deux personnes qui s'embrassent échangent entre 10 millions et 1 milliard de bactéries.

Enfin, décidément amusante, l'infographie établit un « top des pires baisers » : le bisou « machine à laver », le baiser-morsure, celui où la langue ressort sans cesse ou s'aventure trop près de notre nez sont épinglés. Mais la palme du pire baiser revient au « bisou de mémé », où « la bouche fermée nous picore le visage comme un poulet. » Difficile de contester un tel classement.