1/3 des femmes n'a pas d'orgasme : la faute à qui, à quoi ?

1/3 des femmes n'a pas d'orgasme : la faute à qui, à quoi ?
1/3 des femmes n'a pas d'orgasme : la faute à qui, à quoi ?
A l’occasion de la journée nationale de l’orgasme, le 21 décembre, l’IFOP a publié une étude qui a été reprise par l’ensemble des médias, sur la sexualité féminine et les sources du plaisir féminin, pour conclure par « les difficultés d’accès des femmes à l’orgasme ». Mais un élément fondamental - l’homme - n’aurait-il pas été oublié dans cette étude ?
A lire aussi

C’est en décortiquant l’étude avec des hommes à femmes, des grands séducteurs, que l’on comprend peut-être le mieux la jouissance des femmes. Car si en effet les femmes peuvent peiner à jouir, ou à identifier leur jouissance par voie vaginale uniquement, il est essentiel de savoir dans le détail de quelle façon participe le partenaire masculin, s’il le fait bien et s’il le fait assez longtemps, ou si, tel un goujat, il ne s’intéresse qu’à ses propres besoins.

Une femme sur 3 n'a pas eu d'orgasme dans les 3 derniers mois

Mais d’abord un bref rappel des chiffres : l’étude, faite avec un millier de femmes qui se sont prêtées à ce questionnaire exhaustif, a montré que huit Françaises sur 10 souffrent de difficultés à atteindre l’orgasme avec un partenaire. Au cours des trois derniers mois, une femme en couple sur trois n’aurait pas eu d’orgasmes, 63% des femmes ont donc simulé au moins une fois dans leur vie et 9% le font souvent. L’accès des femmes à l’orgasme serait freinée par une sexualité phallocentrique, seules 40% des femmes sexuellement actives pratiquant la stimulation double (vaginale et clitoridienne). Les caresses du sexe ne sont pratiquée que par 42% et les cunnilingus se limitent à 33%. 97% des femmes en couple ont eu un orgasme au moins une fois dans leur vie, contre 37% une fois par semaine et 10% il y a plus d’un an (certaines femmes les notent-elles précieusement dans leur agenda?).

>> les secrets d'un bon cunnilingus expliqué aux hommes <<


Les grands séducteurs remarquent que certaines partenaires jouissent pour la première fois entre leurs bras, non pas parce qu’ils seraient meilleurs amants que d’autres mais parce qu’ils portent plus d’attention à la femme, aiment la voir prendre du plaisir autant que d’en prendre, et apprécient de commencer par faire monter la température de son corps avec des baisers dévastateurs dans le cou ou l’oreille, léchant, suçant, pinçant, malaxant la pointe des seins, caressant l’intérieur des cuisses, jouant avec le clitoris, titillant l’anus, explorant tout le corps de la femme, érogène partout, jusqu’à ce que le désir deviennent brûlant et que la pénétration vienne presque apaiser la tension qui monte.  On est aux antipodes du « 3 minutes, douche comprise ».

Les femmes qui ont le plus de facilité à avoir un orgasme

Il faut aussi que la femme connaisse son corps, sache ce à quoi il réagit le mieux et qu’elle ait des rapports fréquents, qui donnent envie d’avoir envie. Sans surprise, ce sont donc les femmes ayant plus de trois rapports sexuels par semaine, et ayant eu plus de 10 partenaires au cours de leur vie qui ont le plus de chance de bien jouir. Plus la femme est âgée, plus elle arrive facilement à l’orgasme : ce sont les femmes de 65 ans et plus qui ont joui à 79% lors de leur dernier rapport sexuel.  Non seulement elles connaissent bien leurs corps, mais elles sont dans le lâcher prise total, n’ayant plus rien à prouver à personne et beaucoup de plaisir à prendre partout. Ce qui n’est pas toujours le cas chez les plus jeunes, puisque 77% des femmes aiment voir jouir leur partenaire, mais sont 53% déclarent ne pas aimer être vues en train d’avoir un orgasme.

Pourtant, les hommes qui en général ont - hélas - le souci de la performance, sont heureux de voir le plaisir qu’ils procurent, tout autant que de l’entendre.

>> Avoir un orgasme : 6 trucs étonnants qui marchent vraiment <<

On sait, scientifiquement, depuis quelques temps, que le clitoris, qui enserre tout le vagin, a un rôle fondamental et essentiel dans l’orgasme, quelle que soit la pratique ou la position. Il est donc important que la femme encourage son partenaire à stimuler son clitoris ou qu’elle se caresse elle-même s’il est malhabile ou égoïste. Et peut-être qu’un jour prochain, un institut de sondage osera demander des réponses très détaillées, pour que l’on sache enfin si les hommes  ne portent pas aussi une part de responsabilité dans la vie des femmes qui ont peu ou pas d’orgasmes  …