"La femme qui décida de passer une année au lit" de Sue Townsend - extrait

"La femme qui décida de passer une année au lit" de Sue Townsend - extrait
C'est la Journée de la femme. À cette occasion, on vous parle d'Eva, une épouse et une maman hyperactive qui décide brusquement de se mettre en grève. Un personnage qui a éclos dans l'imaginaire de la romancière Sue Townsend et dont on suit les pérégrinations dans « La femme qui décida de passer une année au lit » (Éd. Charleston).


Le Daily Mail a « ri aux larmes » en lisant La femme qui décida de passer une année au lit de Sue Townsend, « l’une des romancières les plus drôles de sa génération » selon The Times. Le Daily Express, lui, voit dans ce roman « un regard drôle et poignant sur la vie de famille moderne ». Bref la presse anglaise aime Sue Townsend – une maman de quatre enfants, aveugle depuis 2001 et auteur du Journal secret d'Adrien 13 ans 3/4 ou du successful La Reine et moi – et son tout nouveau conte social à la folie.

L’histoire est la suivante : Eva a un mari astronome (et infidèle) et deux enfants surdoués à qui elle consacre son temps, son énergie et le reste depuis dix-sept ans. Dix-sept années passées à cuisiner, à faire des machines, à jardiner et à changer les rouleaux de papier toilette, à charger les courses dans le coffre de sa voiture et à les transférer sur les étagères (trop hautes) de sa cuisine. Le jour où ses deux enfants quittent la maison pour entrer à l'université, Eva se met au lit et elle y reste. Ni les injonctions empotées de son époux, ni celles plus costaudes de sa mère ou de sa belle-mère ne l’en feront sortir. Une chronique sociale bardée d’humour comme l’auteur sait en faire. À dévorer au lit pour fêter la Journée de la femme comme le suggèrent les Éditions Charleston qui éditent le roman en France.

La première page

« Dès qu’ils furent tous partis, Eva tira le verrou de la porte et débrancha le téléphone. Elle aimait bien avoir la maison pour elle toute seule. Elle passa de pièce en pièce, rangeant ici et là, ramassant les tasses et les assiettes déposées en divers endroits par son mari et ses enfants. Quelqu’un avait abandonné une cuillère à soupe sur l’accoudoir du fauteuil – qu’elle avait patiemment restauré à son cours de tapisserie. Elle fonça aussitôt dans la cuisine et examina le contenu de son carton de produits d’entretien. "Qu’est-ce qui pourrait enlever une tache de soupe à la tomate Heinz sur de la soie damassée ?" »

VOIR AUSSI

Journée de la femme : le 8 mars restez sous la couette !
Journée de la femme : François Hollande est en visite, Valérie Trierweiler reçoit
Royal, Barbier, Blazy : le machomètre spécial 8 mars
Tâches ménagères : un homme sur huit avoue ne rien faire du tout

comments powered by Disqus