En Turquie, les femmes sont invitées à "ne pas rire fort en public"

En Turquie, les femmes sont invitées à "ne pas rire fort en public"
En Turquie, les femmes sont invitées à "ne pas rire fort en public"
Dans cette photo : Hillary Clinton
Lors des célébrations de l'Aïd al-Fitr, qui marquent la fin du Ramadan, le vice-Premier ministre turc Bulent Arinç a conseillé aux femmes de « conserver leur droiture morale » en évitant de « rire fort en public ». Des propos sexistes qui n'ont pas manqué de déclencher une avalanche de réactions outrées sur les réseaux sociaux.
A lire aussi
Hillary Clinton : a-t-on sous-estimé la peur des femmes de pouvoir ?
News essentielles
Hillary Clinton : a-t-on sous-estimé la peur des femmes...


Lundi 28 juillet, lors des célébrations de l'Aïd al-Fitr, qui marquent la fin du jeûne du Ramadan, le vice-Premier ministre turc Bulent Arinç a formulé une authentique remarque sexiste qui rivalise avec celles lâchées récemment par Vladmir Poutine à propos d'Hillary Clinton.

Alors qu'il prononçait un discours sur la « corruption morale » dans sa circonscription de Bursa, au nord-ouest du pays, Bulent Arinç a déclaré que « l'homme doit être moral, la femme aussi, elle doit savoir ce qui est décent et ce qui ne l'est pas ». Avant d'estimer que la femme « ne doit pas rire fort devant tout le monde, doit absolument conserver sa décence à tout moment ».

Une leçon de morale qui fait rire Twitter

Les propos, rapportés par la presse locale et les quotidiens nationaux, n'ont pas manqué de déclencher l'ire des citoyens turcs opposés au gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, et dont Bulent Arinç est le porte-parole. « Arrêtez de nous donner une leçon de morale, à la place, rendez des comptes pour l'argent que vous avez volé », a posté @btürkmen sur Twitter, faisant allusion aux soupçons de détournement de fonds pesant sur Erdogan et le parti AKP depuis le mois de décembre. « Je ne peux qu'éclater de rire à cette leçon de morale », a quant à elle écrit Hilan Inan sur le réseau social.

C'est d'ailleurs sur Twitter – dont le gouvernement avait tenté d'interdire l'accès en avril dernier- que la riposte s'est organisée. En réaction aux propos du vice-Premier ministre, les internautes ont posté sur le site de micro-blogging des photos ou des vidéos où elles apparaissent riant à gorge déployée, référencées sous les hashtags #kahkaha (rire) et #direnkahkaha (rire résistant).


Une mauvaise publicité qui semble en tout cas ravir Ekmeleddin Íhsanoglu, le principal candidat de l'opposition qui se présente aux élections présidentielles du 10 août. « Les femmes doivent faire entendre leur rire ; les rires joyeux de tout le monde, c'est ce dont notre pays a besoin plus que tout », a-t-il écrit sur Twitter en guise de soutien aux internautes.


>> Femen ouvre un QG en Turquie : un échec annoncé ? <<

Dans l'actu