Enrayer l'épidémie d'Ebola coûterait près d'un demi-milliard de dollars, selon l'OMS

Enrayer l'épidémie d'Ebola coûterait près d'un demi-milliard de dollars, selon l'OMS
Enrayer l'épidémie d'Ebola coûterait près d'un demi-milliard de dollars, selon l'OMS
Les coûts additionnés pour enrayer l'épidémie d'Ebola seraient d'un demi-milliard de dollars, selon l'OMS. La maladie, qui se répand principalement en Afrique de l'ouest pourrait atteindre un pic de 20000 personnes infectées avant de décroître.
A lire aussi
Rentrée 2012 : hausse de 3,7% du coût de la vie étudiante selon l'Unef
logement
Rentrée 2012 : hausse de 3,7% du coût de la vie étudiante...

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, chaque dépistage coûte 244 dollars, soit 185 euros. Pour chaque cas avéré, le personnel de santé doit également dépister les personnes avec lesquelles le patient peut être entré en contact - une dizaine en moyenne - pour un coût légèrement réduit de 225 dollars (environs 170 euros). Et lorsqu'une personne meurt d'Ebola, il faut l'enterrer selon un protocole strict, ainsi que désinfecter minutieusement son domicile - soit un surcoût d'environs 300 euros par décès. Ainsi mis bout à bout, l'OMS estime qu'avec un potentiel de 20.000 personnes infectées, le coût pour enrayer l'épidémie avoisine le demi-milliard de dollars, soit pratiquement 400 millions d'euros. Une somme importante pour les pays concernés, mais dérisoire, si l'épidémie est gérée au niveau international.

L'épidémie Ebola ne semble pas encore prête d'être enrayée

Comme le relève le journal américain International Business Times, vendredi, trois nouveaux cas ont été encore rapportés - deux au Sénégal et un autre près du Lagos. Le virus a d'ores et déjà provoqué la mort de 1500 personnes dans la région, pour une population de personnes infectées évaluée à 3000 individus. Mais les conséquences sont d'ores et déjà dramatiques: comme nous vous l'expliquions dans un précédent article, l'épidémie fait vaciller le système de santé de pays dans lesquels ce service était déjà fragile. Les experts redoutent en outre que se surajoute une épidémie de Malaria, aux conséquences encore plus meurtrières. Du fait de la peur engendrée par cette maladie, l'économie des pays concernés est également très durement touchée.

À voir
Aussi