Pour (re)voir "Dilili à Paris", bijou d'animation féministe et historique

Dilili à Paris
Dilili à Paris
Nouveau film d'animation du génial Michel Ocelot, réalisateur de "Kirikou", "Dilili à Paris" est un joli conte humaniste mêlant Histoire, suspense et féminisme.
A lire aussi
4 chouettes festivals féministes à booker
News essentielles
4 chouettes festivals féministes à booker

La petite Kanake Dilili vient de débarquer dans le Paris de la Belle Epoque. Elle est curieuse, vive et éblouie. En compagnie du jeune livreur en triporteur Orel, elle va mener une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Au cours de son aventure pleine de rebondissements, elle croisera la route d'hommes et de femmes extraordinaires, qui lui donneront des indices.


Attention, petit bijou. Car c'est Michel Ocelot, le papa de Kirikou, qui est à la manoeuvre. Dilili à Paris est une merveilleuse plongée animée dans l'Histoire avec un grand H. Celle du Paris de la Belle Epoque, foisonnante et fertile.

"La Belle Époque, c'est Renoir, Rodin, Monet, Degas, Camille Claudel, Toulouse-Lautrec, Le Douanier Rousseau, Picasso, Poiret, Valadon, Colette, Renan, Proust, Gide, Gertrude Stein, Anna de Noailles, Brancusi, Modigliani, Wilde, Ravel, Fauré, Reynaldo Hahn, Diaguilev, Nijinsky, Bourdelle, Jaurès Bruant, Louise Michel, van Dongen, Anatole France – que je ne montre qu'en photo dans le film, mais je le voulais – Debussy, Satie, Clemenceau, le Prince de Galles (Edouard VII), Santos-Dumont, Pasteur, Méliès, les frères Lumière, Eiffel, Marie Curie, Sarah Bernhardt, Alphonse Mucha, Chocolat...", explique Michel Ocelot.

"Dans cette liste, les femmes s'affirment. En France, les hommes de pouvoir ont toujours fait attention à maintenir les femmes hors du pouvoir, mais ils n'ont jamais imaginé une société sans femmes. Ce qui fait que les femmes, toujours présentes, ont toujours eu une influence sur le pays, quelque non-officielle qu'elle ait été".

Bande-annonce de Dilili à Paris

Hommage féministe et visite animée de Paris

A travers les différentes étapes de l'enquête de Dilili, le réalisateur rend un bel hommage aux femmes qui auront marqué l'époque, souvent invibilisées, à leur force et leur intelligence, à une période où leur statut a particulièrement évolué. Et en profite ainsi pour livrer un véritable plaidoyer féministe. On peut par exemple entendre dans la bouche de Marie Pasteur : "Il y a de la place pour de nombreuses chercheuses". De quoi inspirer des vocations.


Le film aborde également les violences faites aux femmes avec subtilité. Un exercice d'équilibriste que le magicien Ocelot exécute à merveille. "On a le choix entre deux cultures : une société ouverte où les hommes et les femmes se développent ensemble et apportent leur pierre à l'édifice, et une société fermée où la moitié de la population piétine l'autre. Sur ce sujet de la maltraitance des femmes, j'ai franchement réduit tout ce que j'avais prévu, pour que mon film reste un conte pour tous, mais sans éviter un moment dur."


Tout au long de l'aventure de la fillette, Ocelot ne se prive pas non plus pour s'attaquer au sujet des discriminations. Le film évoque les épouvantables zoos humains de l'Exposition universelle de Paris en 1900 et confronte la petite métisse au racisme et à la violence colonialiste de l'époque.

Naviguant de la Butte Montmartre au Musée Rodin en passant par l'Opéra Garnier, le film compose une visite guidée inédite de Paris, mêlant personnages en 3D et décors composés de photographies des lieux réels. Un régal visuel.

On embarque avec la jolie Dilili dans ce conte original et intelligent, qui ravira petits et grands.

Dilili à Paris de Michel Ocelot

Dès 6 ans

Sortie en DVD, Blu-Ray et VOD le 13 février 2019

Les dossiers