L'actrice Emma Roberts se confie sur le cauchemar de l'endométriose

Emma Roberts se confie sur le cauchemar de l'endométriose
Emma Roberts se confie sur le cauchemar de l'endométriose
Aujourd'hui enceinte de son premier enfant avec l'acteur Garrett Hedlund, l'actrice américaine Emma Roberts raconte les symptômes douloureux de son endométriose et la façon dont cette maladie a affecté sa fertilité avant ses 30 ans.
A lire aussi

L'histoire de l'actrice Emma Roberts semble tristement commune : "J'ai toujours eu des crampes et des règles très douloureuses au point de manquer l'école et, plus tard, de devoir annuler des rendez-vous", confie la nièce de Julia Roberts, âgée de 29 ans, dans une interview publiée dans le numéro de décembre de Cosmopolitan US.

"J'en ai parlé à mon médecin, qui ne s'est pas penché sur la question et m'a renvoyé chez moi parce que j'en faisais peut-être des tonnes. À la fin de la vingtaine, j'ai eu le sentiment qu'il fallait que je passe à une femme médecin. C'était la meilleure décision à prendre. Elle a fait des tests, m'a envoyé chez un spécialiste. Finalement, on a pu constater que je n'en faisais pas des tonnes".

Cette souffrance et le retard de diagnostic qui l'accompagne (estimé à 7 ans en France) est le quotidien de 10 à 20 % des femmes dans le monde. Et pour 30 à 40 % d'entre elles, l'endométriose se traduit également par des difficultés à concevoir un enfant. Un risque d'infertilité qui s'accroît lorsque la maladie n'est pas prise en charge rapidement, l'endomètre pouvant alors atteindre des organes essentiels à la reproduction.

C'est le cas de la comédienne : sa condition avait progressé au point d'affecter sa capacité à tomber enceinte. "J'étais un peu étourdie [quand je l'ai appris]", partage-t-elle. "Cela semblait si permanent, et bizarrement, j'avais l'impression d'avoir fait quelque chose de mal."

Ce qui l'a aidée à assimiler la nouvelle ? En parler aux concernées. "Tout d'un coup, il y a eu un nouveau monde de conversation sur l'endométriose, la stérilité, les fausses couches, la peur d'avoir des enfants", poursuit-elle. "J'étais si reconnaissante de découvrir que je n'étais pas seule dans ce domaine. Je n'avais rien fait de mal après tout".

La congélation des ovocytes, un "processus difficile"

Rapidement, sa médecin lui évoque l'idée de congeler ses ovocytes. Une option qui l'effraie mais qu'elle finit par accepter, décrivant toutefois ce recours comme un "processus difficile".

Et puis, elle finit par attendre un enfant, grossesse qu'elle a annoncée en août dernier sur Instagram . "Cela peut sembler ridicule, mais dès que j'ai arrêté d'y penser, nous sommes tombés enceintes", se réjouit-elle. Même à ce moment-là, elle craignait toutefois que quelque chose tourne mal, alors elle n'a pas annoncé la nouvelle immédiatement. "J'ai gardé cela pour moi, ma famille et mon partenaire (l'acteur Garrett Hedlund, ndlr), ne voulant pas faire de grands projets si ça ne marchait pas", explique-t-elle. "Cette grossesse m'a fait comprendre que le seul plan possible est qu'il n'y a pas de plan".

Un message d'espoir pour toutes celles qui sont aussi atteintes d'endométriose, à l'image de la chanteuse et comédienne Lorie qui a annoncé la naissance de son premier enfant après un long combat ? Ce qui est sûr, c'est que plus la parole sera libérée autour de ce sujet, plus celles qui souffrent seront entendues et soignées correctement. Nécessaire, donc.