Home
Evaluation en maternelle : « Ces tests sont inadaptés aux élèves »
Publié le 3 avril 2012 à 18:32
Par Candice Satara-Bartko
Le ministère de l'Education nationale propose dans une circulaire, des exercices d'aide concrets pour repérer dès le premier trimestre de grande section de maternelle, les élèves en difficulté. Le SNUipp, principal syndicat de professeurs des écoles, est en désaccord complet avec ce dispositif. Sébastien Sihr, son secrétaire général, s'explique.
Evaluation en maternelle : « Ces tests sont inadaptés aux élèves » Evaluation en maternelle : « Ces tests sont inadaptés aux élèves »
La suite après la publicité

Terrafemina : Que dit cette circulaire ?

Sébastien Sihr : Cette mesure arrive après un épisode calamiteux en octobre dernier, lorsque le ministère avait proposé un dispositif de repérage des élèves de grande section de maternelle distinguant des élèves « à risques ». Suite à la polémique, le ministre avait fait machine arrière. Aujourd’hui il souhaite mettre en place un programme d’aides différencié aux élèves en grande difficulté en grande section de maternelle dans dix domaines clés. Ce programme est composé de deux parties. Des tests d’évaluation que l’enseignant peut utiliser s’il a un doute chez un élève, en l’occurrence dans le domaine phonologique. Si ces tests confirment les difficultés, des exercices d’entraînement sont alors mis à disposition des enseignants dans le cadre de l’aide personnalisée.

Tf : Que reprochez-vous à cette mesure ?

S.S. : Nos critiques se portent sur le fait de vouloir proposer des exercices qui ne développent qu’une seule approche, comme si les enfants qui ont des difficultés devaient tous rentrer dans le même moule. Ce sont surtout les fiches phonologiques qui nous posent problème. Nous sommes en désaccord total avec ces exercices. Au final, on ne tient pas compte des problèmes très divers que peuvent avoir les élèves. Ces exercices paraissent inadaptés et mal ficelés. On ne pense pas qu’ils vont aider les élèves. Au contraire, ceux qui pourront en tirer profit sont ceux qui ont déjà des bases solides. Les plus fragiles vont encore plus être mis en difficulté. Cette approche va amener de la confusion.

Tf : Que proposez-vous pour lutter contre la difficulté scolaire ?

S.S. : Il faut certes des outils d’aide aux élèves en difficulté. Mais il faut vérifier que ces outils fonctionnent. Or, on ne sait pas sur quels travaux de recherche s’appuie le ministère. C’est de l’obscurantisme. Les enseignants attendent qu’on leur prouve que cette approche est efficace, qu’on leur montre les résultats. Il faut lever le voile sur cette opacité. Le plus important pour les professeurs, c’est le bien-apprendre et le bien-être des élèves. Ce que nous préconisons, c’est surtout de développer la formation professionnelle des enseignants. Il faut porter ces outils à leur connaissance, leur permettre de se les approprier. Il faut multiplier les services à disposition des enseignants pour savoir quel type d’aide ils vont fournir et à quel type d’élève.

Crédit photo : Digital Vision

VOIR AUSSI

Décrochage scolaire : Luc Chatel présente son bilan
Maternelle, un système d’évaluation des élèves à risque
Troubles de l'apprentissage : 20 % des enfants en souffrent
Troubles de l'apprentissage chez l'enfant : une consultation pour les détecter
Réforme de l'évaluation des enseignants : « les modalités du projet ne sont pas satisfaisantes »
Système scolaire français : peut mieux faire
Le redoublement, un mal français

Mots clés
Home education enfants parentalité
Sur le même thème
Les articles similaires
"J'ai deux gnomes, vive la crèche !" : Lou Doillon sans filtre sur la charge maternelle play_circle
Lifestyle
"J'ai deux gnomes, vive la crèche !" : Lou Doillon sans filtre sur la charge maternelle
29 mars 2024
Ne pas avoir d'enfant ? C'est un droit ! rappelle Anne-Cécile Mailfert play_circle
Société
Ne pas avoir d'enfant ? C'est un droit ! rappelle Anne-Cécile Mailfert
17 janvier 2024
Pierre Niney : "En tant que papa, mes filles me permettent de refuser la folie des adultes" play_circle
Culture
Pierre Niney : "En tant que papa, mes filles me permettent de refuser la folie des adultes"
24 juin 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news