Pourquoi juger une femme enceinte qui fume n'est pas une bonne idée

Réprimander une femme qui fume pendant sa grossesse ne va forcément l'aider
Réprimander une femme qui fume pendant sa grossesse ne va forcément l'aider
Selon une étude britannique, reprocher aux femmes de fumer pendant leur grossesse ne les aiderait pas à arrêter. L'enquête, bien qu'elle soit menée sur un petit échantillon, suggère que cette stigmatisation pourrait pousser les futures mamans à se cacher pour fumer.
A lire aussi

La vue d'une femme enceinte portant une cigarette allumée à la bouche peut choquer. Rien de très surprenant dans le fait de s'inquiéter pour une personne proche de nous qui fait le choix de fumer pendant sa grossesse, nous direz-vous.

Or, réprimander ou juger une femme enceinte en train de fumer n'est pas forcément la bonne attitude à adopter. C'est du moins ce qu'affirme une récente étude publiée en décembre dernier dans la revue Science Direct. Mené par des chercheurs et des chercheuses britanniques de l'Université de Cardiff (Angleterre), le sondage compile les réponses de 10 femmes qui ont été soumises à ce problème.

"Personne ne veut se sentir jugé·e et honteux·euse"

Les interrogées expliquent avoir dû essuyer des commentaires négatifs et moralisateurs de la part de leur compagnon, de leurs proches, mais aussi des sages-femmes ou de leur médecin, y compris quand ces dernie·ères délivrent des conseils santé. Selon l'enquête, ces réactions ont produit l'inverse du résultat espéré : ces femmes ont continué à fumer, mais en cachette.

Si l'échantillon très limité de cette étude peut laisser dubitatif·tive, elle soulève toutefois un point intéressant. Ces travaux suggèrent en effet que les commentaires stigmatisant, en particulier de la part du personnel médical, faussent le message et omettent de fournir de véritables informations à la future mère sur les dangers avérés pour le développement du foetus d'une consommation de tabac ou d'alcool pendant la grossesse.

"Notre étude montre que ces regards et commentaires - y compris de la part du grand public - irritent et aliènent les femmes enceintes, les rendant ainsi moins susceptibles de demander de l'aide. Personne ne veut se sentir jugé·e et honteux·euse", souligne la doctoresse Aimee Grant, co-autrice de l'étude.

18% des Françaises fument pendant leur grossesse

Les chercheurs et chercheuses à l'origine de ces travaux incitent donc à plus de bienveillance à l'égard des femmes enceintes de la part du corps médical et à leur fournir des conseils santé constructifs pour les aider à arrêter le tabac et l'alcool pendant la grossesse.

D'après le Baromètre Santé Inpes 2017, le tabagisme pendant la grossesse en France concernerait entre 20 % et 25 % des femmes enceintes et serait plus fréquent chez les plus jeunes femmes et les moins diplômées.