Orange is the New Black saison 3 : 5 choses à savoir sur Ruby Rose, la magnifique Stella Carlin

Sara Gilbert, Linda Perry11 May 2014 - Beverly Hills, California - Ruby Rose. The L.A. Gay & Lesbian Center host the 2014 An Evening with Women Gala held at The Beverly Hilton Hotel.
Sara Gilbert, Linda Perry11 May 2014 - Beverly Hills, California - Ruby Rose. The L.A. Gay & Lesbian Center host the 2014 An Evening with Women Gala held at The Beverly Hilton Hotel.
La saison 3 d'Orange is the New Black a débarqué le vendredi 12 juin dernier et nous a permis de faire la connaissance de Stella, la nouvelle détenue... Mais qui se cache derrière ce personnage ? Découvrez Ruby Rose en cinq points.
A lire aussi
Le transporteur : 4 choses à savoir sur la saison 2
television
Le transporteur : 4 choses à savoir sur la saison 2

Fraîchement débarquée en tant que nouvelle détenue briseuse de couples dans la saison 3 d'Orange is the New Black, la mannequin, actrice, DJ et chanteuse Ruby Rose fait déjà tourner les têtes. Androgyne et tatouée avec une gueule de poupée, elle laisse assez peu de gens indifférents.

Ruby Rose est née le 20 mars 1986 en Australie. Élevée par une mère célibataire, artiste, qu'elle considère aujourd'hui comme l'un de ses plus grands modèles, elle a beaucoup voyagé avant de poser ses valises à Melbourne. Son parcours, en dehors de ses multifacettes professionnelles (elle a été mannequin, présentatrice sur MTV, DJ, a sorti un single et joue aujourd'hui dans une des séries les plus acclamées), est à la fois touchant, inspirant et fascinant.

Voici cinq choses à savoir sur celle qui incarne Stella Carlin, la nouvelle résidente de la prison de Litchfield :

1. Elle est fiancée à la petite-fille de Roald Dahl

Côté coeur, Ruby est aujourd'hui fiancée à la styliste Phoebe Dahl, la petite-fille de l'écrivain anglais Roald Dahl, à qui on doit notamment Charlie et la Chocolaterie ou encore Matilda.

2. Un coming-out difficile

Elle a fait son coming out lorsqu'elle avait 12 ans, s'attirant ainsi les foudres de ses camarades fermés d'esprit qui n'ont pas hésité à l'insulter et à la frapper. Elle a raconté son calvaire au Herald Sun :

"Il y avait cinq filles et un garçon qui s'en prenaient violemment à moi. Ils me suivaient partout après les cours, juste pour me hurler des insultes. J'étais tellement terrorisée que je courais me réfugier chez moi - je n'ai jamais riposté. Je n'ai jamais pleuré devant eux, et je pense que ça n'a fait qu'empirer les choses. Ils voulaient me faire craquer. Parfois ils m'approchaient juste pour me mettre un coup de poing dans la tête, mais il y avait aussi beaucoup de tentatives d'intimidation. Je préférais presque me faire frapper plutôt que d'être menacée, parce qu'au moins c'était direct et je n'avais pas à appréhender la suite."

Mais la situation a dégénéré et est allée plus loin que ça, la forçant à se faire hospitaliser à l'âge de 16 ans.

"Ce jour là, apparemment toute l'école savait que j'allais me faire tabasser, sauf moi. J'étais au café en face de l'école, avec trois amis. Il y avait au moins 50 autres étudiants présents. La bande s'est approchée et a commencé à me crier des insultes, des trucs typiques de lycée."

Quand soudain, Rose, qui avait ignoré les insultes, s'est retrouvée projetée à terre lorsqu'une fille l'a frappée avec une chaise en métal.

"Je l'ai pas vue venir. Elle me frappait la tête avec la chaise en continu. Mes potes ont essayé de l'arrêter mais elle a continué jusqu'à ce que le gérant du café débarque et lui crie d'arrêter. La sécurité est arrivée, suivie par la police. Ma tête était en sang. J'ai dû aller à l'hôpital."

3. Une longue bataille contre la dépression

Suite à ces années de harcèlement et de violences, Ruby Rose a sombré dans la dépression. Elle se considère chanceuse, comparée à ce qu'elle aurait pu devenir.

"J'aurais pu devenir alcoolique, toxicomane, ou quelque chose dans ce goût là. Mais il y avait toujours quelque chose en moi qui me faisait dire "Je vais leur montrer". J'avais besoin de pousser, de leur survivre, en quelque sorte."

Malgré ça, elle a dû annuler une tournée en 2013 à cause d'une rechute. Sur Twitter, elle a annoncé : "C'est avec une immense tristesse, et malgré toutes mes tentatives de régler le problème en un minimum de temps, que je constate être toujours en train de perdre ma bataille contre la dépression".

Pour rassurer ses fans inquiets, elle s'est empressée d'ajouter qu'elle n'abandonnait pas le combat, qu'elle se contentait juste de parler de ce problème qui est encore trop stigmatisé aujourd'hui, mais qu'elle avait besoin de prendre du temps pour redevenir cette femme qui inspire les gens autour d'elle.

4. "Break Free"

En juillet 2014, elle publie une vidéo qu'elle a écrite et produite, et dans laquelle elle tient le seul rôle. Intitulée Break Free, elle aborde le thème du genre, de la transidentité et de ce que ça implique d'avoir une identité qui dévie du statu quo.

Dedans, on la voit d'abord arborer des attributs dits féminins dont elle se défait petit à petit pour révéler une coupe courte, des tatouages, et une tenue plus "masculine".

Break Free, un court sur le genre et la transidentité.

La vidéo compte aujourd'hui plus de 4 millions de vues et continue d'être partagée (surtout depuis l'apparition de Ruby dans la série Orange is the New Black)

5. Ruby est genderfluid

Aujourd'hui, Ruby Rose s'identifie comme "genderfluid" (ou "genderqueer") - un terme qui désigne des identités et expressions de genre non normatives et non binaires. Parce qu'elle est biologiquement assignée femme mais lesbienne et joue sur des codes traditionnellement vus comme étant masculins. C'est un terme qui est utilisé quand des identités se chevauchent ou qu'une personne se définie comme "non-genrée" par exemple (ni homme, ni femme, mais quelque part entre les deux).

Une personne genderfluid peut également alterner entre plusieurs identités de genre ou en cumuler plusieurs à la fois.

Comme elle l'a raconté sur Facebook il y a un peu plus d'un an, Ruby avait pensé à effectuer une transition de femme à homme lorsqu'elle était plus jeune - mais elle est aujourd'hui satisfaite de ses choix et se définit comme une femme qui aurait été tout aussi à l'aise en tant qu'homme.

Si elle continue à tracer comme elle le fait, il y a fort à parier que Ruby Rose va encore nous épater un paquet de fois au cours de sa carrière. On ne peut que se réjouir de son arrivée dans Orange is the New Black, d'abord parce que ça va être un plaisir de la voir, mais aussi parce que ça pourrait bien lui servir de tremplin pour la propulser au sommet.

Ruby Rose dans Orange is the New Black
Ruby Rose dans Orange is the New Black

Et on va pas s'en plaindre...