Sortie ciné : « tourbillon » onirique entre documentaire et fiction

Sortie ciné : « tourbillon » onirique entre documentaire et fiction
Sortie ciné : « tourbillon » onirique entre documentaire et fiction
« Tourbillon » est une des révélations du cinéma latino-américain, primé dans plusieurs festivals de renommée mondiale. Œuvre coréalisée par Helvécio Marins Jr et Clarissa Campolina, « Tourbillon » entraîne le spectateur dans le Sertao brésilien, en pleine région du Nordeste, dans une zone reculée de la civilisation où traditions et modernité s'entrechoquent au rythme entraînant des mélodies locales.
A lire aussi


Girimunho (tourbillon en portugais) : à l’oreille, le titre sonne déjà comme un rythme entêtant. D’ailleurs, le film s’ouvre sur une danse, des chants, le folklore local à l’état pur. « Tourbillon » de sons donc, mais également d’images, de séquences qui ressemblent à des clichés immobiles. Helvécio Marins Jr et Clarissa Campolina sont parvenus à transmettre la beauté des paysages mêlée à la réalité des terres arides du Brésil et à la fébrilité face à la mort. De scènes quotidiennes en souvenirs de jeunesse, Bastu, le personnage principal âgé de 80 ans, illustre le mouvement progressif d’une existence qui arrive en fin de vie. Avec une pointe de magie, elle emmène le spectateur dans un autre monde, le rassure, pour un temps, sur son combat perdu d’avance, face à l’agonie finale.

« Tourbillon » est une œuvre qui oscille continuellement entre rêve et réalité, symbole du choix que n’ont pas fait les réalisateurs. Le film est un mélange entre le documentaire et la fiction, entre la vie de Bastu et l’état d’esprit vacillant d’une octogénaire qui se rapproche de la mort, entre des acteurs non professionnels et des techniciens comme Ivo Lopes Araujo, spécialiste de l’image. Une mort présente tout au long de « Tourbillon » qui le classe parmi les comédies dramatiques, auréolé d’une poésie onirique et mélancolique.

Synopsis :
Elle a 81 ans et elle danse encore. Au Brésil, Bastu vit au rythme des fêtes de son village, de la musique traditionnelle, de ses imaginations surréalistes et des rêves qui ont composé sa vie.
Un matin, elle découvre son mari décédé dans son sommeil. Malgré le deuil soudain et l'impression de réapparitions incessantes, elle conserve tout son esprit, ses notes d'humour, son envie de s'amuser et de vivre.

Voir la bande-annonce :



« Tourbillon »
Long-métrage de Clarissa Campolina et d’Helvécio Marins Jr avec Bastu, Maria Do Boi et Branca
Comédie dramatique, 1h28
Damned distribution
Sortie : 15 août 2012

Laure Gamaury

Crédit photo : Damned Distribution

VOIR AUSSI

L'union civile homosexuelle reconnue au Brésil
Dilma Roussef investie à la présidence du Brésil
La masturbation sur le lieu de travail autorisée au Brésil
Brésil : le miracle automobile