Il faut sauver le soldat Ryan : 5 choses à savoir sur le film de Steven Spielberg

Il faut sauver le soldat Ryan : 5 choses à savoir sur le film de Steven Spielberg
Il faut sauver le soldat Ryan : 5 choses à savoir sur le film de Steven Spielberg
Dans cette photo : Steven Spielberg
Festival de Cannes oblige, les chaînes de télévision mettent l'accent sur le cinéma dans leur programmation des dix prochains jours. Sur M6, ce jeudi soir, c'est un film de Steven Spielberg qui a obtenu six Oscars en 1998 : « Il faut sauver le soldat Ryan ». Voici 5 détails intéressants sur ce film culte.
A lire aussi


A l'origine du scénario : la lettre d'Abraham Lincoln à la veuve Bixby

Au début du film, le général George C. Marshall fait une lecture d'une célèbre lettre qui aurait été envoyée par Abraham Lincolm à Madame Lydia Bixby en novembre 1864. Cette veuve résidant à Boston aurait perdu ses cinq fils durant la guerre de Sécession, ce qui aurait amené le président américain, ou son secrétaire privé, à rédiger ce courrier émouvant où il fait part de la gratitude de la République pour ce « si précieux sacrifice sur l'autel de la Liberté ». Steven Spielberg a fait de cette épisode historique l'argument de son film : le général Marshall s'appuie sur la missive pour justifier une opération spéciale de sauvetage d'un soldat dont les trois autres frères sont morts au combat pendant la deuxième Guerre Mondiale.

L'histoire des frères Niland

C'est d'après la véritable histoire des frères Niland que Spielberg a façonné l'histoire des frères Ryan. Pendant la Seconde Guerre mondiale, trois membres de cette fratrie ont été portés disparus au combat après le Débarquement du 6 juin 1944, seul Frederick Niland, alors âgé de 24 ans, était censé avoir survécu. Il fut de fait rappelé de Normandie aux Etats-Unis pour terminer son service militaire. On découvrit après la guerre que son frère Edward était vivant, il avait été emprisonné par les forces japonaises en Birmanie.

La scène du débarquement n'a pas été tournée en Normandie

Les images plus vraies que nature de la scène Débarquement à Omaha Beach, qui ont tant joué sur le succès du film, n'ont pu être tournées sur les côtes françaises, faute d'autorisation des autorités locales... C'est en Irlande que Spielberg a fait venir ses caméras, recruté un millier de figurants, équipés de deux mille armes réelles ou factices, et fait naviguer des barges dont certaines étaient des exemplaires authentiques datant de 1944. Au total la scène a coûté 11 millions de dollars, mais est entrée dans les annales des films de guerre pour son réalisme historique et parfois insoutenable pour le spectateur contemporain.

Encore un rôle taillé pour Tom Hanks

Le rôle du capitaine John H. Miller, chargé de commander une opération spéciale pour secourir le soldat Ryan (Matt Damon), a valu à Tom Hanks son troisième Oscar en tant que meilleur acteur en 1998, après Philadelphia en 1993, et Forrest Gump en 1994. Aux Etats-Unis le film a rapporté 215 millions de dollars, et 475 millions dans le monde entier.

Un duo efficace

La rencontre entre Tom Hanks et Steven Spielberg n'a cessé de porter ses fruits après cette première collaboration : l'excellente série série Band of Brothers, dont les deux hommes sont les producteurs exécutifs, est née de la même envie de raconter la Deuxième Guerre mondiale d'un point de vue humain. En 2003, ils se retrouvent sur le tournage de Arrête-moi si tu peux, puis un an plus tard dans la comédie Le Terminal.


>> Toute l'actu du Festival de Cannes <<