« Pirates des Caraïbes 4 » : Les confidences d'Astrid Berges-Frisbey

« Pirates des Caraïbes 4 » : Les confidences d'Astrid Berges-Frisbey
« Pirates des Caraïbes 4 » : Les confidences d'Astrid Berges-Frisbey
Dans cette photo : Astrid Berges-Frisbey
A 25 ans, elle a tourné sous la direction de Daniel Auteuil dans « La fille du puisatier » et donné la réplique à Isabelle Huppert dans « Un barrage contre le Pacifique ». Astrid Berges-Frisbey a aussi raflé le rôle de Syrena dans « Pirates des Caraïbes 4 » (sortie DVD le 21 septembre prochain). Ça fait quoi de jouer avec Johnny Depp et Penélope Cruz ? Confidences d’une petite Française qui monte.
A lire aussi

Terrafemina : Après avoir fait décoller votre carrière en France (« La fille du puisatier », « Un barrage contre le Pacifique », « La Première étoile »), vous vous retrouvez dans une superproduction hollywoodienne. Comment avez-vous fait pour que ce scénario parfait se produise ?

Astrid Bergès-Frisbey : Tourner aux Etats-Unis avec une telle équipe ne faisait même pas partie de mes rêves, et je ne parle pas anglais ! Je profitais du fait de pouvoir faire mon métier, ce qui est déjà une grande chance. J’ai plutôt les pieds sur terre mais je suis déterminée. Quand j’ai passé des essais avec Rob Marshall j’ai eu du mal à réaliser, mais je me suis donné les moyens, je voulais avoir ce rôle.

TF : Vous avez joué aux côtés de Geoffrey Rush (Oscar du Meilleur Acteur 1997 dans « Shine »), Johnny Depp, Penélope Cruz… Comment vous êtes-vous sentie sur le tournage ? Impressionnée, stressée, concentrée ?

A. B.-F. : C’est là que j’ai commencé à réaliser, je me sentais comme une enfant qui découvre un plateau immense et des techniques qu’on ne voit que dans ce genre de film. Mais je ne pouvais pas me mettre en retrait parce que ces acteurs étaient mes héros quand j’étais jeune, sinon je n’aurais pas pu jouer devant eux. Toute l’équipe a été très accueillante, Johnny Depp et Penélope Cruz sont finalement très humbles et conscients de la chance qu’ils ont de faire ce métier, et ils m’ont soutenue. J’ai beaucoup partagé avec Sam Clafin aussi, qui joue le rôle de Philip, il était jeune acteur comme moi et nous nous sommes entendus comme des frères et sœurs.

TF : Comment avez-vous travaillé le rôle de Syrena ?

A.B.-F. : Le fait de parler anglais sur le film représentait déjà un gros challenge pour moi. Et ce personnage pas vraiment humain me donnait quelque chose à créer. Les sirènes de « Pirates des Caraïbes 4 » sont inspirées des mythes, elles sont mystérieuses et inquiétantes comme dans l’Odyssée d’Homère. Il y avait un gros travail corporel pour trouver Syrena, femme-animal instinctive au sens bestial du terme. C’était très intéressant. Rob Marshall s’est montré particulièrement attentif à la dimension physique et aux détails, il est très proche de ses comédiens et cela m’a aidée.

TF : Depuis ce film, vos projets se tournent-ils davantage vers le cinéma américain ?

A.B.-F. : Pas particulièrement, je continue à faire des essais mais je me sens très proche du cinéma européen. Je suis espagnole et j’ai grandi à Paris, mon rêve a toujours été de tourner en Espagne, et j’ai pu le faire cette année pour un petit film tourné en 5 semaines. J’ai encore beaucoup à apprendre et j’aime varier les atmosphères et les langues, j’en sors très enrichie à chaque fois, avec l’impression d’être ressourcée.

TF : Avec quels réalisateurs rêveriez-vous de tourner ?

A.B.-F. : Beaucoup de cinéastes m’attirent, en Europe, en Espagne bien sûr et en Amérique latine. Mais j’aime être surprise, et lorsqu’un réalisateur vous propose un rôle c’est un peu comme un cadeau, et ça ne se réclame pas. J’ai eu la chance de travailler sur des projets très variés, et j’ai envie de faire comme si c’était la première fois à chaque tournage.

VOIR AUSSI

Pirates des Caraïbes 4 : Johnny Depp et Penélope Cruz à Cannes
Oscars 2012 : « La guerre est déclarée » représente la France
« Et maintenant on va où ? » Rencontre avec Nadine Labaki
Festival de Deauville 2011 : « La Couleur des sentiments » ouvre le bal