Accoucher en direct sur Twitter : jusqu'où iront les réseaux sociaux ?

Accoucher en direct sur Twitter : jusqu'où iront les réseaux sociaux ?
Accoucher en direct sur Twitter : jusqu'où iront les réseaux sociaux ?
Special Delivery, une nouvelle appli qui fonctionne sur Twitter et sur Facebook, vient de voir le jour. Elle permet aux futures mamans de renseigner leurs proches sur l'avancement de leur accouchement en direct : en instantané sur Twitter et toutes les 10 contractions sur Facebook. L'accouchement 2.0, un réel progrès ?
A lire aussi


Comment ça l’accouchement est un moment privé et intime à partager à deux ? Les concepteurs de « Special Delivery : The Social Contraction Timer » ne sont pas de cet avis : leur nouvelle appli disponible sur smartphone permet en effet d’indiquer via Twitter et Facebook la régularité des contractions et leur durée. À chacune d'entre elles, la future maman a juste à appuyer sur un bouton et de préciser l’heure. L'information est alors instantanément transmise sur Twitter, tandis que la version Facebook délivre un résumé des dix dernières contractions signalées...

Nul besoin pour le papa de filmer l’arrivée de son mini-moi ou même d’appeler les proches pour révéler le sexe et le prénom du bébé. Car juste après l’accouchement, les détails peuvent aussi être postés sur un des réseaux sociaux. Communication, vous avez dit ? Mais un écran de mobile ou d’ordinateur remplace-t-il vraiment le bonheur de raconter de vive voix sa version bien personnelle de l’accouchement, ses douleurs, ses premières impressions, son émerveillement ? On en doute... A l'heure de l'accouchement 2.0, faut-il s'attendre à la création d'un prix de la parturiente qui captivera le plus grand nombre de followers ? On le redoute... 

Laure Gamaury

VOIR AUSSI

Grossesse : le tabagisme passif nuit gravement au cerveau de bébé in utero
Allaitement maternel : le niveau social déterminant dans le choix des jeunes mères
Facebook : les photos supprimées ne seront plus stockées pour toujours
Les femmes sont plus attachées à leur smartphone qu'à leur petit ami

Dans l'actu