Homophobie : l'inquiétante augmentation des agressions sur Internet

Homophobie : l'inquiétante augmentation des agressions sur Internet
Homophobie : l'inquiétante augmentation des agressions sur Internet
SOS Homophobie enregistre une hausse de 20% de plaintes en 2010, selon son rapport annuel rendu public hier. Au-delà des lieux publics et du lieu de travail, c'est Internet qui cristallise une plainte sur 5.
A lire aussi

L’année dernière déjà, SOS Homophobie épinglait Internet comme le média favori des homophobes. L’anonymat et les multiples canaux d’expression (blogs, forums, groupes Facebook…) ont permis la création de véritables défouloirs pour injures, appels à la haine et menaces de mort à l’encontre des homosexuels. Ainsi, une plainte sur 5 reçue via la ligne d’écoute et le site Internet de SOS Homophobie concerne une forme de harcèlement ou d’injure sur Internet. « Au-delà des sites extrémistes politiques et religieux, une large part des témoignages concerne les réseaux sociaux et les sites des grands médias. Certains articles abordant un sujet LGBT (« Lesbian, Gay, Bisexual, Transgendered people ») deviennent le théâtre d'un défoulement homophobe virulent où, derrière son écran, n'importe qui peut déverser sa haine », relève l’association dans un communiqué.
Paradoxalement, ces défouloirs virtuels n’empêchent pas la violence dans les lieux publics de s’intensifier : 108 cas avaient été signalés en 2009, il y en a eu 154 en 2010, soit une augmentation de 43%, et dans la moitié des cas le témoignage fait état d’une agression physique.
L’année 2010 s’impose donc comme l’année d’un triste record : celui du nombre de plaintes reçues pour des actes ou des propos homophobes. Stable depuis 2005 (entre 1200 et 1300 par an), il bondit de 20% en 2010 pour atteindre 1500 témoignages par an, soit 4 par jour. Une évolution à relativiser, puisqu’elle peut être interprétée comme le résultat d’une libération de la parole : de plus en plus d’homosexuels osent se plaindre, n’acceptant plus d’être des victimes. L’association estime néanmoins que de nombreux homosexuels  sont encore murés dans le silence, soumis à l’homophobie latente la plus pernicieuse, celle de l’entourage.

VOIR AUSSI

Les entreprises françaises ne sont pas gay-friendly
L'homophobie s'installe à l'école
Deux adoptions à l'étranger par des couples homos légalisées
Interview de Laure Charpentier : « Gigola dérange toujours autant »

Dans l'actu