Free : comment Xavier Niel crée le buzz

Free : comment Xavier Niel crée le buzz
Free : comment Xavier Niel crée le buzz
Xavier Niel, le PDG de l'opérateur Free, est un habitué des coups d'éclat et du buzz. A l'occasion d'une conférence devant des étudiants de Polytechnique, le 22 mai dernier, le surnommé « Steve Job à la française » est revenu sur sa recette du coup médiatique pour promouvoir, à moindre frais, ses offres 4G. Pour cela, il lui aurait suffit de piéger Arnaud Montebourg. Voici comment.
A lire aussi

Free aura marqué les esprits en proposant des forfaits téléphoniques 4G au prix de la 3G. Dans une conférence donnée aux étudiants de Polytechnique le 22 mai dernier, Xavier Niel, le PDG de l’opérateur mobile, s’est targué d’avoir utilisé Arnaud Montebourg pour réussir ce coup médiatique.

Arnaud Montebourg, agent marketing de Free malgré lui ?

Le plan, des plus machiavéliques, de Niel était de faire un maximum de publicité pour ses offres en exploitant les réactions du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, sur Twitter. De cette manière, l’opérateur pouvait s’offrir, à titre gratuit, un énorme coup marketing pour populariser ses offres.

Le PDG a ainsi expliqué aux étudiants, que « l'opposition du gouvernement sur nos prix génère systématiquement un marketing fort. Quand un ministre nous agresse, le lendemain, on sait qu'on va faire une bonne journée en abonnements ». Et d’ajouter, non sans ironie, « on a un excellent client, c'est Arnaud Montebourg. Un excellent agent marketing pour nous, de première classe ».

Conférence de Xavier Niel à l'Ecole polytechnique

Exploiter les réactions du ministre pour s'offrir une campagne de pub gratuit

Alors que le ministre fustigeait, le 10 janvier 2013, sur Twitter, le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy sur le pouvoir d’achat, en louant l’offre illimitée de Free, Xavier Niel eut l’idée de titiller Arnaud Montebourg lors du lancement de la 4G au prix de la 3G, en répondant un an après à son tweet. Le résultat ne s’était alors pas fait attendre. En pleine bataille contre les effets néfastes qu’auraient le low-cost sur l’emploi, le ministre s’était empressé de répondre en fustigeant la position de Free. Xavier Niel avait alors poussé encore plus loin le vice en ayant anticiper les réactions possibles de Montebourg pour lui répondre et créer à nouveau le buzz.