Facebook détecte les risques de suicide

Facebook détecte les risques de suicide
Facebook détecte les risques de suicide
Le réseau social Facebook a lancé un outil de prévention des suicides, en détectant et signalant les messages des utilisateurs qui laissent penser qu'ils envisagent de mettre fin à leurs jours.
A lire aussi
Chirurgie de l'obésité : un risque de tentative de suicide augmenté de 54% pour les opérés
News essentielles
Chirurgie de l'obésité : un risque de tentative de...


Facebook
a lancé un outil de prévention des suicides. Destiné aux utilisateurs canadiens et américains, ce système permet de signaler les messages suggérant que leurs auteurs ont des pensées suicidaires ou envisagent de passer à l’acte.
Une fois le message repéré, l’application envoie automatiquement un mail à l’utilisateur lui conseillant de contacter un numéro d’urgence spécialisé ou bien de discuter en ligne avec un spécialiste.
Cet outil de prévention a été lancé en début de semaine en coopération avec une organisation américaine de lutte contre le suicide, la National Suicide Prevention Lifeline. Cette association gère 70 000 appels de personnes en détresse par mois et travaille depuis 2006 en collaboration avec Facebook. Un partenariat qui « a permis à des utilisateurs de Facebook de trouver rapidement de l’aide quand ils en avaient le plus besoin », selon Joe Sullivan, responsable de la sécurité du réseau social. Et d’ajouter dans un communiqué : « nous sommes fiers (…) d’offrir de nouvelles possibilités pour aider les personnes en difficulté ».
Du côté de l’organisation de lutte contre le suicide, John Draper, l’un des responsables, explique que Facebook représente un moyen alternatif de contact pour les personnes suicidaires. « Nous avons appris (…) qu’il y avait beaucoup de personnes en difficulté qui ne sont pas à l’aise avec un téléphone. Cette nouvelle application leur donne un moyen d’obtenir l’aide dont elles ont besoin quand elles le souhaitent », souligne-t-il.

On décompte près de 100 suicides chaque jour aux États-Unis selon Regina Benjamin, directrice générale de la Santé publique. Cette dernière a salué dans un communiqué l’association entre Facebook et l’organisation de lutte contre le suicide.

Crédit photo : iStockphoto

VOIR AUSSI

Suicide des enfants : « on peut les prévenir dès la naissance »
Suicide des enfants : un tabou mais pas une fatalité
Suicide chez les enfants : Jeannette Bougrab lance une mission
La Suisse valide l’assistance au suicide
Journées Nationales de Prévention du Suicide du 5 au 10 février
Cyberbullying : les dangers du harcèlement sur
Facebook
De plus en plus de parents autorisent Facebook à leurs enfants

Dans l'actu