Les filles lisent plus que les garçons

Les filles lisent plus que les garçons
Les filles lisent plus que les garçons
C'est un fait, les petites filles lisent plus que les petits garçons. Un nouveau rapport se penche sur les raisons de cette différence et conseille aux pères d'inciter leurs fils à se plonger dans un bon livre.
A lire aussi
Decathlon veut changer "du rose pour les filles et du bleu pour les garçons"
News essentielles
Decathlon veut changer "du rose pour les filles et du...


Mais pourquoi donc les filles sont-elles de plus grandes lectrices que les garçons ? Plus d’un sociologue s’est penché sur la question, et un rapport publié par un groupe de parlementaires britanniques (The Boys’ Reading Commission) tente une nouvelle fois d’y apporter ses réponses. Une étude a ainsi été menée en Grande-Bretagne dans 226 écoles auprès de 21 000 enfants. Elle révèle que 62% des garçons préfèrent regarder la télévision plutôt que de lire, contre 45% des filles. Mais la télévision n’est pas la seule raison à la désertion des petits garçons de la lecture.

Il semble en effet que ces derniers ne trouvent pas suffisamment d’ouvrages qui leur plaisent : ils sont 30% à avancer cet argument, contre 23% de filles. Mais c’est surtout l’absence de figures masculines pour promouvoir la lecture qui serait à l’origine de la désaffection des jeunes lecteurs. Ainsi, la commission recommande au gouvernement d’encourager les pères à initier leurs fils aux joies d’un bon livre. Elle propose également de faire venir dans les classes des « volunteer male reading models », des hommes prescripteurs qui sensibiliseraient les garçons à cette activité en leur faisant la lecture dans le cadre de l’école. Si les auteurs et personnages masculins ne manquent pas, la commission semble penser que les garçons n’ont donc pas assez de modèles de lecteurs pour avoir envie de s’y mettre à leur tour.

Crédit photo : Comstock

VOIR AUSSI

Lire favorise la réussite professionnelle
Éducation : l'égalité garçon-fille progresse dans le monde
Les garçons, plus sensibles à l'environnement familial que les filles