« Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée ! » : rencontre avec Yatuu

« Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée ! » : rencontre avec Yatuu
« Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée ! » : rencontre avec Yatuu
Yatuu est la stagiaire la plus célèbre de France. Derrière cette brunette se cache Cyndi Barbero, une jeune femme de 23 ans. Après 5 stages en 2 ans et aucune perspective d'embauche, elle sort de l'ombre en mettant en ligne un blog où elle livre ses états d'âmes. Après avoir été largement médiatisée, elle publie sa première bande dessinée, regroupant des épisodes du blog et des inédits. Rencontre avec Yatuu.
A lire aussi

Terrafemina : qui est Yatuu ?

Yatuu : Yatuu fait partie de ces étudiants diplômés qui n'arrivent pas à trouver d'emploi après leur sortie de l'école. Après un bac STI Arts Appliqués, j'ai obtenu un BTS en communication visuelle. A chaque entretien, c'était toujours la même chose, l'employeur me disait : « êtes-vous disponible... pour un stage ? », alors que je postulais pour un CDI. J'ai donc été obligée de me réinscrire à l'université pour pouvoir obtenir des conventions de stage, comme tous ces étudiants fantômes comme on les appelle, inscrits à la fac mais n'assistant jamais en cours. Je payais donc une inscription pour effectuer un emploi sous-payé... J'ai donc fait 5 stages en deux ans sans perspective d'embauche, et ce n'est pas faute d’avoir cherché un vrai contrat. Lors de mes premiers stages, pendant mes nombreuses heures perdues où on ne me donnait rien à faire, je me suis mise à faire quelques dessins illustrant ma condition de stagiaire au sein de l’agence de publicité qui m’avait recrutée. Plutôt que de m'apitoyer sur mon sort, j'ai décidé d'en rire et voilà comment j'ai ouvert le blog il y a un an et demi pour parler de situations tirées du vécu, mais exagérées pour les rendre drôle.

TF : que dénoncez-vous dans votre blog et votre livre ?

Yatuu : J'y dénonce ma condition de stagiaire exploitée ainsi que la mauvaise considération portée à l'égard des stagiaires à cause de leur statut. Je ne touche qu'une maigre gratification (ndlr: environ 400 euros par mois) et aucun ticket restaurant, alors que je fournis le même travail que les salariés de l'agence. Quand on y regarde, il n'y a pas plus angoissant que de se retrouver une semaine sans que l'on vous donne le moindre travail, que personne ne vous dise bonjour le matin ou encore qu'on vous fasse venir pour travailler le dimanche. Il m'est arrivé de cumuler 45 heures de travail en 3 jours et certaines semaines, j'ai travaillé jusqu'à 60 heures, c'est donc une accumulation de choses que je cherche à dénoncer. Ma planche préférée est d'ailleurs celle où l'on voit la stagiaire porter un masque, son supérieur lui demande pourquoi elle porte un masque et elle répond que c'est parce que son stage est un emploi déguisé.

TF : des opportunités se sont-elles offertes à vous depuis la publication du livre? Un ancien employeur qui serait revenu vers vous ?

Yatuu : Je n'ai jamais eu de retour des personnes avec qui j'ai travaillé dans mon précédent stage. Après la fin de mon dernier stage il y a quelques mois, je n'ai pas eu envie de retourner au charbon tout de suite. La sortie de la BD m'a fait réaliser que c'était l'opportunité pour me consacrer à ce que j'ai toujours voulu faire, l'illustration. Finalement, c'est un mal pour un bien. Il s’agit de ma première BD, mais sûrement pas la dernière ! Je continuerai à alimenter mon blog mais en élargissant à d'autres sujets qui me semblent tout aussi injustes.

Le blog de Yatuu

« Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée ! » de Yatuu, 13,50 euros aux Editions 12 bis.

Géraldine Bachmann

VOIR AUSSI

Comment recruter un stagiaire ?
Première chance : une ministre lui décroche un stage !
Emploi : les embauches augmentent de 9,8% en un an
Rencontre avec Liza Donnelly, dessinatrice de presse américaine